OVNIS, rumeur ou réalité ?

 

PANS  et OVNIS

 L’une des choses les plus importantes dans le phénomène OVNI, est en fait l’observation. Bien souvent,  les gens croient voir un OVNI, alors que le phénomène peut s’expliquer de façon rationnelle dans 80% des cas.
Les traînées lumineuses des missiles (ICBM) la nuit, sont l’un des exemples les plus marquants. 
Dans un clip faussement comparé à un UFO, on voit carrément les débris du missile retomber . .Un autre phénomène encore plus impressionnant , a été aperçu dans une zone  assez vaste aux USA, effrayant tout le monde au passage… C’est très impressionnant, mais ces phénomènes sont toutefois  humains. 
Mais il n’y a pas que les trainées de missiles, ou des trainées d’avions un peu bizarres, dans un ciel crépusculaire, qui sont pris pour des OVNIS ou des PANS.
Un avion expérimental américain, le YB-49, (aile volante) malgré le bruit assourdissant de ses moteurs à réactions, était souvent pris pour un UFO lorsqu’il volait de jour. Il faut reconnaître que, même encore maintenant cet avion est très spectaculaire. Le B2 est le descendant du Y-B 49.
Il n’y a pas que les prototypes qui sont pris pour des OVNIS. Les simples lumières d’un avion la nuit, peuvent effectivement provoquer une surprise, et les personnes croient voir un OVNI, alors que c’est un avion tout ce qu’il y a de plus normal.
Certains phénomènes météo relativement rares aussi, peuvent créer la stupeur, et aussitôt, on croit voir un PAN ou un UFO, alors que ce ne sont que des phénomènes qui s’expliquent de façon assez banale, comme la chute d’une météorite. Vénus aussi, est souvent confondue avec un UFO.
Bref, dans 80% des cas, le phénomène OVNI est expliqué de façon rationnelle. Mais lorsqu’il ne l’est pas, il se présente de cette façon:
Tous les témoins décrivent des objets aux formes triangulaires, ovoïdes, ou tout simplement des lumières, volant dans le ciel très lentement ou très rapidement. Ils peuvent évoluer à très basse ou très haute altitude, stopper d’un coup, et repartir aussi rapidement, sans pour autant faire le bang du mur du son. Ils n’émettent aucun bruit, échappent très souvent aux radars, mais ce n’est pas systématique.
Face à ce phénomène OVNI, il existe deux approches différentes. Il est soit nié, et dans le meilleur des cas expliqué par des thèses incohérentes, soit authentifié.
En ce début de 21 ème siècle, le phénomène est très étudié. Le problème est que, de nos jours, la majorité des photos ou des clips, que l’on voit sur les OVNIS,  et qui circulent sur internet, sont des faux, des fakes en anglais.
Ils sont fabriqués avec des logiciels 3d, tel Maya, ou Blender et Terragen 2 chez les gratuits.
Un exemple de fake qui a fait le tour du monde. C’est UFO Haiti. Le soi disant UFO était en fait un fake, dont l’idée a été ré-utilisée pour réaliser une campagne publicitaire.
Pour être sur qu’il ne s’agit pas d’un fake, le plus évident est de trouver plusieurs photos ou clips, venant de sources différentes (témoins), montrant le même phénomène, prouvant ainsi qu’il ne peut s’agir d’un faux. Si vous ne disposez que d’un seul document, la seule solution, est une analyse minutieuse de celui-ci, et lorsqu’il s’agit d’un fake, il est très vite démasqué, parce que les images mettent en évidence des invraisemblances, ou des effets spéciaux relativement grossiers….
Il existe donc une part de fantasme impressionnante sur le phénomène OVNI. Certains vont très loin dans ce domaine, et suggèrent que les américains fabriqueraient en ce moment de faux UFO issus d’une technologie extra-terrestre, récupérée lors du crasch de Roswell, si souvent repris au cinéma et à la télé. Une technologie extra terrestre qu’ils auraient mis des années à comprendre.
Il n’y aurait donc plus aucune différence, entre les faux UFO made in USA, et les vrais UFO. On se demande d’ailleurs pourquoi les américains, s’amuseraient à construire des f117 très coûteux, très bruyants, qui se voient sur les nouveaux radars, voire grâce aux antennes relais des portables, alors qu’ils auraient en secret des engins  parfaitement silencieux et invisibles sur les radars, quand ils le désirent.
Toutes ces histoires ne sont que de simples rumeurs qui viennent de la peur de l’inconnu.
Récemment, l’armée de l’air anglaise a publié ses archives OVNIS…
En France, une structure attachée au Cnes a été créée en 1977,  elle s’appelle le GEIPAN. Le GEIPAN utilise le terme PAN, phénomène aérospatial non identifié. Un terme très global, pouvant inclure également OVNI, puisque parfois ce sont clairement des objets qui apparaissant sur les radars, et parfois juste des lumières n’apparaissant pas sur les radars…
OVNIS
Entre 1989 et 1990, des OVNIS ont survolé la Belgique…  Il y a eu des milliers de témoins, y compris au sein de l’armée belge, puisque ces OVNIS, ont été un soir visibles sur les radars, et aussitôt poursuivis par des aviateurs.. Même vingt ans après la thèse officielle reste toujours la thèse OVNI. Les performances de ces engins ont défrayé la chronique belge durant un an et demi, puisque ce phénomène a persisté… C’est   la vague d’OVNIS belge…
L’hypothèse que ce serait des F117, en raison de leur forme parfois triangulaire, avait été émise, mais  elle est incohérente, dans la mesure où les F117 possèdent des moteurs à réaction, et font un bruit très impressionnant lorsqu’ils sont à très basse altitude. Il n’y a jamais eu le bang du mur du son avec ces engins qui ont survolé la Belgique, car ces engins étaient parfaitement silencieux. Ils évoluaient parfois à la vitesse d’un marcheur, à très basse altitude, pour repartir aussitôt dans le ciel, à des vitesses défiant toutes nos connaissances.
Face aux invraisemblances des thèses alternatives,la thèse officielle, reste encore la thèse OVNI
La vague d’OVNIS belge reste donc toujours un phénomène OVNI prouvant qu’il ne s’agissait pas d’hallucinations collectives ou d’avions militaires.
Cette thèse officielle est toutefois, même encore maintenant, très souvent remise en question. Certains  sous entendent que c’était un phénomène purement médiatique, se référant à des auteurs comme Philip J. Klass, un « débunker ».
Les adeptes du débunkage, ont tendance à répudier, de  façon parfois très autoritaire, des phénomènes qui sont en fait des OVNIS et ou PANS.. Certains ont ainsi suggéré que les médias belges auraient grossi des événements qui s’expliqueraient de manière rationnelle, par des thèses de type f117, mais également le Loflyte, le black-hawk, ou autres (ballons,  lanternes, etc… etc…)
Un phénomène OVNI d’une telle ampleur, n’est pas spécifique à la Belgique. Il est aussi apparu en France, mais juste une nuit.
Des OVNIS ont en effet été vus, du nord au sud, d’est en ouest, dans le ciel de notre pays, à la même époque.. le 5 Novembre 1990… C’est la vague d’OVNIS Française du 5 Novembre 1990 qui a fait les gros titres…
Le nombre de témoins était impressionnant, décrivant tous le même phénomène. Un triangle avec des lumières, mais à très haute altitude. Contrairement à la Belgique, il n’y avait cependant rien sur les radars.
Un document amateur existe sur ces OVNIS(Patrick de Pin)qui ont parcouru le ciel de la France en 1990. On dirait comme une immense colonne de lumière, avec à sa tête une formation en triangle. Ce phénomène lumineux a été vu par énormément de français qui sont autant de témoins, y compris bien sur, celui qui a pu filmer ce phénomène
A l’époque, des hypothèses avaient été émises, notamment la chute de météorites,  mais également l’entrée atmosphérique du troisième étage d’une fusée Proton. Qu’un seul objet échappe aux radars,  peut éventuellement se comprendre, mais sur la vidéo, le phénomène comportait 5 objets, et selon les témoins, il a duré plus d’une minute.
C’est l’entrée atmosphérique du troisième étage d’une fusée Proton, qui a été officiellement privilégiée.
Deux jours plus tard, soit le 7 Novembre 1990, aux environs de 19 heures, à Montréal, des gens ont vu des lumières percer la couche nuageuse. Il n’existe pas de thèse alternative, ni même officielle. Mais les observations, et les  analyses des témoignages, n’envisagent pas d’autres possibilités que celle d’un OVNI ( radio) (reportage télé)(blog)

Norvège : Hessdalen
Depuis le début des années 1980, dans une région de Norvège, dans la vallée d’Hessdalen, des lumières ont été observées de façon régulière. Leur forme varie suivant les apparitions. Le phénomène est très discret, se situant dans un périmètre bien précis dans la vallée, autours du village d’Hessdalen.
Face à la répétition de ces événements, en 1983 l’embryon d’un projet d’étude est créé, et révélera 53 observations Les années passent, et le nombre de témoins est si important, les apparitions si fréquentes, que le projet prend réellement forme. C’est le projet Hessdalen
Un scientifique, Erling Strand, en est à la base et le supervise. Il dispose d’un centre qui permet l’observation, récoltant ainsi des données, à la fois visuelles, mais également sur les conditions atmosphériques. Lui et Bjorn Gitle, un autre scientifique norvégien participant au projet, travaillent également avec des scientifiques italiens, (EMBLA) qui ont pu filmer les lumières d’Hessdalen en 2001.
En 2007, une équipe de journalistes français de Canal plus, qui faisait un reportage sur les OVNIS a enquêté sur Hessdallen. Lors de ce reportage eux aussi ont pu filmer les lumières, une photo  du phénomène a également été prise par les norvégiens lorsqu’ils filmaient, la pause est de 30 secondes.
La chaîne américaine, National Geographic, a aussi enquêté sur un Hessdalen, dans le cadre d’un reportage sur le phénomène OVNI…  Herling Strand, parlant d’objets évoluant à des vitesses de 30 000 kilomètres heures
 Ce qui se passe à Hessdalen est une réalité. Il n’existe aucun trucage ni aucune simulation. Jusqu’à ce jour, les lumières d’Hessdalen sont toujours considérées comme des Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés.
Les séquences italiennes, filmées en 2001 par Jader Monari,  montrent des lumières qui s’allument et s’éteignent de manière cohérente.  Elles sont fixées sur de la matière solide.  L’une des séquences a été grossie, c’est encore plus flagrant, c’est bel et bien un OVNI.
USA 
Sur un plan visuel, ce qui se passe à Hessdalen, ressemble à ce qui s’est passéen Arizona le 13 Mars 1997, sauf que l’OVNI semble être bien plus grand.
Les lumières de Poenix ont défrayé la chronique lorsqu’elles sont apparues au dessus de la ville…
Des phénomènes semblables ont également été observés au Nouveau Mexique durant les années 1940-50, dans un périmètre bien précis, tout autour de la zone de l’armée américaine nommée zone 51, mais durant une période plus longue…
Il y eut un nombre très important de témoins, notamment d’aviateurs travaillant dans le civil, mais aussi au sein de l’armée américaine, décrivant soit des phénomènes purement lumineux, soit des engins avec des performances qui ne pouvaient pas s’expliquer dans le cadre d’une technologie humaine.
Se re-situer dans le contexte de l’époque, est important, pour une meilleure compréhension des événements survenus dans cette région voilà presque 70 ans :
Les Américains venaient de gagner la seconde guerre mondiale. C’était le début de la guerre froide. Ils testaient dans cette région du monde des avions comme le Y-B 49 (aile volante), qui était très souvent pris pour des UFO. Ils testaient également des V1 qu’ils avaient récupérés après la victoire contre l’Allemagne nazie, et qu’ils avaient entreposés dans cette zone, appelée zone 51.
Les V1 étaient des bombes volantes, ils ressemblaient à des drones. Le système de propulsion, était le même que les fusées. Ils utilisaient du Propergol. Ils étaient d’ailleurs souvent pris pour des UFO, par les habitants de la région. Les américains avaient également récupéré les plans du V2, qui étaient les premiers missiles. Ils faisaient donc aussi des tests sur les missiles balistiques, mais également sur les ICBM.
Mais si dans 90% des cas, les phénomènes aériens du nouveau Mexique ont pu s’expliquer de façon rationnelle par l’armée américaine, dans la mesure où ces phénomènes venaient de leur propre armée, il y eut un nombre non négligeable, qui restèrent inexpliqués, comme c’est souvent le cas quand il s’agit du phénomène OVNI.
Les différents projets et autres rapports officiels qui ont tenté d’identifier ces phénomènes, permettent une lecture plus précise des dits événements :
Il y eut le projet Sign, le projet Grudge, le projet Twinkle,  le projet Blue Book, et le rapport Condon. A partir du moment où un gouvernement, dès 1946, fait appel à autant de personnels, y compris privé, pour tenter d’expliquer un phénomène, c’est que ledit phénomène est très pris au sérieux.
Les enquêteurs du projet Sign, authentifièrent le phénomène UFO en 1948, et conclurent à l’existence d’une vie extraterrestre. Ils rendirent leur rapport final à leurs supérieurs. Celui ci fut rejeté officiellement  par le général Hoyt S. Vandenberg, qui demanda à d’autres enquêteurs de rédiger un autre rapport. C’est le projet Grudge qui prit la relève. Une toute autre conclusion fut ainsi émise, stipulant que tous ces phénomènes aériens survenant dans cette région du Nouveau Mexique, étaient explicables de façon rationnelle, démentant de façon formelle le rapport final du projet Sign.
Il y eut aussi le projet Twinkle, qui était en fait une sous commission du projet Grudge, avec les fameuses « Green fireballs » … D’autres phénomènes aériens, mais nommés de façon différente en raison de leur forme et de leur luminosité.
Un scientifique travailla sur ce projet, un universitaire, un spécialiste en météorites : Lincoln Lapaz. Il étudia le phénomène et en déduisit qu’il ne pouvait s’agir de météorites… Ce n’est toutefois pas ce qui est inscrit dans le rapport final, où il est stipulé que ce sont des météorites..
Après le projet Grudge, naquit en 1952, le célèbre projet Blue Book, qui était en fait une commission chargée d’étudier le phénomène OVNI et les PANS de façon plus globale…
En 1955, l’un des membres de Blue Book, le capitaine Ruppelt, en démissionna et publia un livre, se nommant, « The Report on Unidentified Flying Objecs ». Cet ouvrage, non officiel, parlait d’engins avec des performances non explicables dans le cadre d’une technologie humaine.
L’équipe du projet Blue Book, fut remaniée, et l’armée publia un rapport, sous la forme d’un livre, celui ci officiel, affirmant que le phénomène OVNI et autres PANS, n’existaient pas, ou s’expliquaient avec des arguments dit : rationnels.
Toutefois, plusieurs scientifiques participant au projet Blue Book, dont un certain Josef Allen Hynek, ne furent pas du même avis,  et voulurent authentifier le phénomène UFO, ainsi que son origine extraterrestre…
Une autre commission d’enquête, travailla de 1966 à 1968, et publia un rapport. C’est le rapport Condon,  qui a conclu en ces termes : « L’étude des OVNIS durant ces vingt et une dernières années n’a rien apporté à la connaissance scientifique [et] que d’autres études approfondies des OVNIS ne peuvent probablement pas se justifier par l’espoir qu’elles pourraient faire progresser la science.»
Lors de sa sortie, ce rapport fut très critiqué. Il l’est encore de nos jours.(source 1 ) (source 2)
La commission Blue Book, sera quant à elle officiellement dissoute en 1969 et ses prérogatives définitivement supprimées en Janvier 1970…
On peut avoir des doutes sur le phénomène OVNI, mais tous ceux cités plus haut, sont réels. Car bien souvent les explications officielles ne tiennent pas la route. C’est particulièrement vrai pour ce qu’il s’est passé à Pheonix le 13 Mars 1997. C’est réellement un OVNI, l’explication officielle, étant des flairs, fusées éclairantes. Mais elle est incohérente. C’est invraisemblable.
Des flairs ne peuvent pas produire de tels effets lumineux. L’apparition de cet OVNI, en pleine nuit a d’ailleurs créé une vive polémique à la Mairie de Pheonix.
Lorsque l’on observe bien les films amateurs de ce phénomène OVNI, sans même parler de tous les témoins, qui l’ont décrit, il est très grand.  Et, parler d’OVNI, est à mon sens un euphémisme, le terme de vaisseau spatial étant bien plus approprié.
C’est à mon avis, le premier contact extraterrestre officiel que nous ayons eu sur cette planète, vu la nature de l’apparition qui a duré plus de deux minutes. Toutefois, même encore maintenant, la version officielle, reste inchangée. Ce sont des fusées éclairantes. Et ce, pour tous les gouvernements de cette planète.
De nos jours, très peu d’astrophysicien remette en question, que la vie se soit développée sur d’autres planètes. En effet, supposons que nous soyons la seule planète dans l’univers abritant la vie, notre soleil n’étant pas immortel, lorsqu’il se transformera en Nova ou en super nova, il va engloutir la terre. Cela voudrait donc dire, que, le jour où il n’y aura plus de vie sur la terre, il n’y aura plus de vie dans l’univers.
Ce scénario d’une terre unique abritant la vie dans un univers aussi immense, est invraisemblable. Ce que certains astrophysiciens remettent en question de nos jours, puisqu’ils ne sont pas tous du même avis, est la possibilité de créer des moteurs nous propulsant à des vitesses dépassant celle de la lumière.
Et pourtant le phénomène OVNI est une réalité.
La particularité de ce phénomène, est que parfois il se voit sur les radars, et parfois non. Cette civilisation, ou ces civilisations extra terrestres contrôlent donc ce phénomène d’invisibilité sans aucun problème.
La spécificité de ces engins semblent d’être invisibles, à la fois à l’œil nu, mais également sur les radars, quand ils le désirent.
Actuellement, les armées anglaises et américaines, font des essais sur l’invisibilité, avec les métamatériaux. Mais ces études sont embryonnaires. Toutefois, on constate que les métamatériaux, sont invisibles sur les radars. Ils pourraient également rendre les avions invisibles à l’œil nu.
Les japonais ont eux aussi fait des recherches sur l’invisibilité à l’œil nu, mais pas seulement eux, bientôt une gigantesque tour va être construite en Corée, et elle sera invisible.Ils utilisent un autre système que les métamatériaux, des diodes, et des caméras
Si nos dirigeants ont autant de mal à officialiser la prise de contact extra terrestre qui a eu lieu à Phœnix, c’est à mon sens pour des raisons économiques.
La mise sur le marché de nouvelles technologies défiant toutes nos connaissances, je pense à de nouvelles énergies propres et inépuisables, pourraient s’avérer être une catastrophe pour le marché du pétrole, qui crée des millions d’emplois. Déjà, le numérique, appareils photo, etc… mais également internet, s’est faite, selon certains économistes bien trop rapidement, ne permettant pas, à tous les pays de s’adapter, créant ainsi du chômage.
S’il y a une prise de contact et des échanges avec ces civilisations, qui ont semble-t-il découvert des moteurs propulsés avec une énergie et une technologie inconnue sur terre, seules des économies de transition pourraient encaisser le choc à la fois culturel mais surtout économique.
Je pense également qu’ils ont réussi à créer des centrales atomiques utilisant l’énergie du soleil, mais également des centrales solaires qui convertissent la lumière d’un soleil à presque 100%.
Ils ont du aussi créer des piles quasi inusables, bref, un arsenal de nouvelles technologies et autres sources d’énergie, qui pourrait révolutionner notre monde.
Pour récapituler, beaucoup de rumeurs, de fakes, de mensonges, circulent sur ce phénomène OVNI…
Il n’y a pourtant aucune crainte à avoir. Car si une civilisation aussi évoluée, qui vole à des vitesses défiant nos connaissances, nous avait vraiment voulu du mal, elle n’aurait pas attendu que nous ayons la bombe atomique pour nous coloniser, elle l’aurait fait quand nous avions des flèches et des arcs, c’est à dire il n’y a pas si longtemps que ça.
Le phénomène OVNI n’a rien d’effrayant, bien qu’il soit réel. Ce n’est pas une illusion, et encore moins les élucubrations d’individus un peu loufoques.
Comme précédemment dit, parfois, les OVNIS peuvent se voir à l’œil nu, et être invisibles sur les radars. Parfois, ils sont visibles sur les radars et pas à l’œil nu. Les témoignages sont très souvent remis en question, parce qu’ils décrivent des phénomènes inexplicables dans le cadre d’une technologie humaine. Leurs accélérations et décélérations brutales mettent en effet en évidence une technologie inconnue sur terre. L’aspect silencieux de ces engins, et le problème lié au bang du mur du son, restent effectivement une énigme sur un plan technique, voire même scientifique.

 

 

Thierry

Cet article est extrait de Spirales dans le ciel…

Sentiments anonymes

Sentiments anonymes !

Lorsqu’on est pauvre, on ne fait plus de cauchemar puisque sa vie en est devenue un. Et pourtant, les images qu’on a parfois dans la tête sont si belles…  On voit défiler autre chose que le mépris, on voit défiler autre chose, autre chose…

Des pauvres, des pauvres au boulot, des pauvres sans boulot, des millions de pauvres qui se mettent à rêver, car le bonheur n’a jamais été aussi prés, il est consommable, on peut le manger, on peut le chier, on « peut » lui faire l’amour, il est là, tous les jours, face à nous, il est là sans être là, le bonheur, à nous narguer, à nous nicker, anéanti par le parfum d’un paradis artificiel qui tue votre existence, alors qu’on n’est pas tellement différent des autres, aussi « riches » soient-ils, et quand cette  dignité à laquelle on s’accroche s’enfuit, sa seule richesse est sa vie intérieure, quand elle n’est pas obscurcie par un trop plein d’espoir ou un trop plein d’alcool, l’espoir ou l’alcool, les médicaments ou la prison, la prison, sociale ou bien concrète, car l’absence de toit et de soi, est une prison en soi…

Soi ! ! ! Lorsqu’on est pauvre, on sent de sales odeurs, et on s’aperçoit très vite qu’elles viennent de soi, qu’elles soient corporelles ou dans le crâne… Et après un certain âge, lorsqu’on  est pauvre, on a plus de chances de rencontrer la solitude, que l’amour, lorsqu’on est pauvre. Et dans ce cas, mieux vaut être con, car l’intelligence ou la lucidité, ouvrent les yeux, et, une fois ouverts en grand, après avoir constaté qu’on n’a rien, le regard qu’on pose sur l’individu qu’on est, passé dans le filtre chirurgical de l’anonymat, est glacial, parce que rien ne va changer, parce qu’on oublie jusqu’à l’existence même de la démocratie, parce qu’elle n’a aucune consistance, aucune réalité, qu’elle est devenue virtuelle, si loin du quotidien… Virtuelle, comme les images diffusées à la télé… Virtuelle, comme la destruction, celle qu’on a dans la tête, mais qui devient si réelle quand tout s’écroule à la vitesse de la chute libre, alors reste l’absence de foi qu’on éprouve à l’égard de soi…

Voilà ce qu’on ressent quand on est seul et pauvre. Je ne suis qu’un simple citoyen, même pas un réfugié, je n’appartiens à aucune communauté, à aucune partie politique, à aucune corporation, je suis juste un citoyen insignifiant qu’on a vidé et qui a échappé à la mort d’une détresse existentielle, pour en affronter une autre, plus lente, celle de la pauvreté au quotidien… Et pourtant, les images que j’ai dans la tête sont si belles… Je suis pauvre…

Et des pauvres en Europe, un continent soit disant riche, ça court les rues.

Quant aux pays pauvres ! NO COMMENT  …

Posté dans Non classé

Articles et textes

Articles et textes

Je n’ai pas créé cette page , ni même ce blog. C’est un copié collé d’un de mes textes, un plagiat. Cette personne ne cite pas ses sources.

http://foxmulder2012.wordpress.com/2010/09/30/blue-beam-%E2%80%93-theses-sur-les-spirales-chinoise-russe-norvegienne-et-australienne-1988-a-2010/

Respectez le travail des autres citez vos sources.

***

Tous mes textes et articles sont protégés numériquement par des contrats creative commons, ainsi que des protections physiques et juridiques.

Posté dans Non classé

Spirales dans le ciel : désinformation ou cécité ?

Spirales apparues dans le ciel de notre terre…

Des spirales sont apparues dans le ciel de notre terre, en Chine à la fin des années 1980, en Russie en 2006, en Norvège le 9 Décembre 2009 et en Australie le 05 06 2010.
Il existe un nombre important de versions, officielles, et non officielles, pour expliquer l’origine de ces spirales. Mais auparavant, notre atmosphère et les différents couches qui la composent, une atmosphère qui est en rapport direct avec une bonne partie des thèses qui suivent  : (définition standard)

Notre atmosphère :

1 : La troposphère :
C’est la partie la plus basse de l’atmosphère ; elle commence à la surface et s’étend entre 7 et 8 km aux pôles et de 13 à 16 km à l’équateur, avec des variations dues aux conditions climatiques. La troposphère contient grossièrement 80 % de la masse totale de l’atmosphère. 50 % de la masse de l’atmosphère se trouvent en dessous d’environ 5,5 km d’altitude.
2 : La stratosphère
Elle s’étend entre 7-17 km et environ 50 km. La température y augmente avec l’altitude. La stratosphère contient la majeure partie de la couche d’ozone.
3 : L’ionosphère :
C’est la partie de l’atmosphère ionisée par les radiations solaires. Elle s’étire de 50 à 1000 km. Elle joue un rôle important dans l’électricité atmosphérique. À cause de ses particules chargées, elle a une importance pratique car elle influence, par exemple, la propagation des ondes radio sur la Terre.

Spirale Australienne 05 06 2010

 

Une vive lumière est apparue dans une nuit sans presque aucun nuage, c’était juste avant qu’il ne fasse jour.

Le phénomène s’est ensuite déplacé silencieusement dans le ciel pour rejoindre la ligne d’horizon….

Le  jour s’est levé, et le phénomène  s’est fluidifié dans les rayons naissants du soleil, comme s’il se transformait peu à  peu en  nuage.

Il a duré en gros deux minutes.

Est Australien :

Bien qu’il n’ai été vu sur aucun radar, le phénomène australien, n’est pas passé inaperçu. Il y a eu des témoins munis de portables. C’est pour cette raison que, malgré l’heure matinale,  un peu avant 6 heures du matin, il a pu être filmé  et photographié. Et ce phénomène, c’est une spirale.Elle ressemble d’ailleurs un peu à la spirale russe, car leur lumière est très blanche. Il y a également, comme dans la spirale norvégienne, un effet gazeux.

Le phénomène est cependant plus simple qu’en Norvège. Une apparente simplicité qui ne fait en rien oublier le fait qu’il était gigantesque.

Cette spirale a en effet vue à 1350 kilomètres à la ronde. de Brisbane à Melbourne. C’est comme si toute la France ainsi qu’une partie de l’Allemagne, de l’Italie et de l’Espagne l’avaient aperçue….

Ce qui est spectaculaire également, est son déplacement. Qu’une spirale aussi haute, et aussi grande, traverse le ciel avec une telle rapidité, et avec une telle fluidité, est très impressionnant.

 

Explication officielle Spirale Australie : la fusée Falcon 9

.

Cette thèse est citée dans le flash télévisé australien relatant le phénomène.
La thèse officielle dit que la spirale n’a été vue sur aucun radar, et qu’elle se situait à une altitude de 14 kilomètres, selon l’observatoire de Sydney. Ce serait le second étage d’une fusée Falcon 9, qui en serait à l’origine, une fusée Falcon 9, lancée de Floride, une heure auparavant, en pleine journée. Un lancement qui a été couronné de succès. La fusée Falcon 9, comporte deux étages, elle est propulsée avec du kérosène et de l’hydrogène liquide.
Lorsqu’une météorite tombe sur la terre, ou un satellite, ou l’étage d’un ICBM ou d’une fusée, l’objet est confronté à notre atmosphère, ceci s’appelle l’entrée atmosphérique, et elle se fait à une altitude de 80-100 kilomètres environ, et la trajectoire est oblique, pas parallèle à la terre, ce qui parait évident, et il y a des débris derrière l’objet, un objet qui ne forme pas une spirale, lorsqu’elle retombe sur la terre, il n’y avait aucun débris derrière cette spirale. D’autre part,  le phénomène ne dure pas deux minutes, il dure 15, 30 secondes maximum. De plus, le phénomène se voit sur les radars, ce qui n’a pas été le cas, malgré la durée du phénomène, deux minutes, et  comme il l’a été dit, il ne se situe pas à une altitude de 14 kilomètres.
Une autre explication officielle a été diffusée par la chaîne Discovery Channel
Elle expliquerait cette spirale par la réverbération du soleil sur les trainées  qu’aurait produit la fusée Falcon 9, lancée de Cap Canaveral. 
Lorsque vous regardez la carte, et que vous voyez la distance qu’il existe  entre la Floride et l’Australie, cela réfute d’emblée la thèse. Les trainées laissées par cette fusée au dessus de la Floride, n’ont pas pu se voir à  l’autre bout du monde, à des milliers de kilomètres de là.  C’est incohérent.
La fusée a été lancée à 2 hrs 45 PM en Floride, soit 4h45 AM, heure australienne. Selon ladite télé australienne, le phénomène était donc à une altitude de 14 kilomètres, n’a été repéré sur aucun radar, et a été vu  du sol, au niveau de la mer, un peu avant 6 heures du matin, à 5hrs55, soit une heure après le tir de la fusée… C’est invraisemblable, la fusée a été tirée une heure avant que la spirale n’apparaisse en Australie, ce serait donc les trainées lumineuses laissées par  cette fusée, qui auraient provoqué la spirale? C’est invraisemblable à plus d’un titre…
Pour conclure, en dehors du fait qu’il existe un décalage d’une heure entre le lancement de la fusée de Cape Canaveral, et l’heure de l’apparition de la spirale en Australie, les trainées de fusée, qui sont des gaz, et non des ballons, ne peuvent pas parcourir le ciel à une vitesse aussi prodigieuse, quels que soient les vents. C’est impossible…

 

Spirale Norvège, 9 Décembre 2009:

 

Spirale-norvege

 

– Apparition soudaine d’une lumière dans  une nuit noire, sans presque aucun nuage, avec la création d’une spirale constamment en mouvement, accompagnée d’uneimmense torsade bleue dans un angle à 220°, accrochée à la spirale, avec une autre vive lumière dans la ligne d’horizon.

La lumière blanche se trouvant au cœur de la spirale, s’est ensuite dissipée. un genre de trou noir est apparu, qui s’est élargi de plus en plus…  flottait tout autour de ce trou noir, comme un halo vaporeux  assez étendu.

– Le trou noir s’est ensuite confondu avec la nuit, et peu de temps après, le halo vaporeux a disparu.
– Ne restait ensuite en suspension dans le ciel, que la torsade bleue, qui s’est rapidement  fluidifiée… Jusque là, le phénomène a duré plus ou moins une minute..
–  Le phénomène s’est ensuite dissipé progressivement… Il est impossible de dire combien de temps il a mis pour disparaître entièrement. En fonction des témoins oculaires, cela va de deux minutes à 10 minutesMalgré sa complexité ce phénomène était très fluide… Et il n’a été vu sur aucun radar.
Quelques rumeurs, concernant les documents qui ont été diffusés sur internet et dans la presse officielle, disent que les photos ont été trafiquées avec photoshop, d’autres sont même allés encore plus loin, pensant à des fakes. Tous les documents que l’on peut voir sont vrais.  Ces  documents  sont donc des preuves irréfutables. C’est leur interprétation qui diffère, mais tous les documents sont les mêmes, ils n’ont en rien été fabriqués. Les photos ont été légèrement retouchées, et encore pas toutes,  seulement certaines. Par ailleurs, en fonction des clichés, le bleu de la torsade n’est plus le même. Cela s’explique assez facilement, c’est du à la différence de matériel.
Norvège :
Comme il l’a été dit plus haut, le phénomène est plus complexe que celui survenu en Australie quelques mois plus tard, il est plus fin aussi. Et, comme en Australie, les habitants de cette région du monde, avaient  à portée de mains, leur portable, ce qui leur a permis de filmer, et de photographier le phénomène, avec une qualité d’image impressionnante sur certains clichés.  C’était le matin,  à 8 heures moins le quart, beaucoup de monde était levé. C’est pour cette raison qu’il y a eu autant  de témoins…
En fait, deux lumières sont apparues très soudainement et de façon simultanée dans la nuit noire. L’une dans le ciel tournoyant sur elle même, créant la spirale, l’autre fixe, se situant dans la ligne d’horizon, avec cette immense torsade bleue partant d’une lumière à l’autre.

Ce qui est marquant, c’est à un niveau géométrique…. Vu sa taille, la spirale est parfaite…  Elle ressemble à une spirale logarithmique.

Les spirales  se retrouvent par ailleurs  dans l’univers, avec les galaxies, mais aussi sur terre, dans la nature, que ce soit ou non sous une forme fossilisée.(ammonites )
Une description détaillée du phénomène, permet de mieux le percevoir. Une description détaillée du phénomène, notamment sa base permet de mieux le percevoir. Une autre torsade, blanche celle ci, part de la ligne d’horizon, avec une vive lumière à son extrémité..
Le phénomène met également en évidence une forme globale, donnant une vision d’ensemble. Comme si les spires (circonvolutions), s’arrêtaient à un endroit précis dans le ciel,  créant cette forme étrange qui s’apparente à un cercle étiré par le côté droit,  un peu comme une coquille d’escargot…
Maintenant  le  « trou noir », qui a fait peur à tant de monde, lorsque la spirale disparaît.
On pourrait comparer ce « trou noir » à l’obturateur d’un appareil photo, mais au lieu de laisser entrer la lumière, il la supprimerait… En fonction de vos réglages,  le diaphragme se dilate ou se rétrécie.  Dans le cas de ce trou noir, il se serait dilaté.
Pour conclure, la zone que cette spirale a couverte sur un plan visuel,   ne s’est pas étendue, à toute la Scandinavie. En effet, si cela avait été le cas, une quantité importante de journalistes l’auraient repérée, et pourquoi pas photographiée, car à Stockholm,  c’était le prix Nobel de la paix, et à Copenhague, se déroulait la conférence sur le climat… Au minimum, ils auraient interviewé des témoins oculaires, aussi bien à Copenhague; qu’à Stockholm, et en aurait parlé dans les flashs télé. 

 

Explication officielle, spirale Norvégienne : le Boulava.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, rappelons que, cette spirale n’a été vue sur aucun radar, rappelons que les russes ont dans un premier temps démenti toutes implications, puis se sont ravisés, pour annoncer au monde, qu’ils avaient donc testé une nouvelle génération de missile, le Boulava, mais que ce test avait raté, le tout au dessus d’un pays membre de l’OTAN : la Norvège. En fait, la thèse du missile repose sur les déclarations officielles russes reprises par la presse officielle occidentale.…
Au sujet du Boulava, il est issu du missile Topol-M sol-sol (le SS-27).  C’est un missile balistique intercontinental, il est destiné à être lancé d’un sous-marin.. Il est d’une portée de 8000 kilomètres.
Le Boulava peut être équipé de dix ogives nucléaires. Les russes ont affirmé que ce missile n’en portait pas lors de ce tir manqué, effectué par un sous marin en mer blanche.
Il met une trentaine de minutes pour atteindre sa cible. La rapidité de cette arme, qui est redoutable, est due au fait que le missile est dans l’espace lorsqu’il libère ses ogives, sa vitesse une fois qu’il a échappé à la pesanteur étant d’environ 24 000 kilomètres heure.
Afin qu’un ICBM, puisse libérer ses ogives, et justement atteindre l’espace, et échapper à l’attraction terrestre, il doit se séparer des étages qui le composent… Pour qu’un ICBM puisse décoller, et continuer sa course dans l’espace, il doit utiliser un comburant, qui, dans le jargon, s’appelle du Propergol, un Propergol composite pour être plus précis… Contrairement à la fusée Falcon 9, qui utilise du Propergol liquide, et ne comporte que deux étages, c’est du Propergol solide, qui est utilisé dans les trois premiers étages avec des ICBM, tel le Boulava…
Ce qui suit est une estimation des différentes altitudes lors de la séparation des trois étages. Ces altitudes sont approximatives mais vraisemblables, en raison de la taille de ce missile:
– La séparation du premier étage d’un missile comme le Boulava, se fait à environ 30 klms d’altitude, le second étage vers 80 -100 klms, le troisième vers 400-500 klms, L’altitude maximale de ce type de missile étant atteinte  à environ 1200-1400 kilomètres.
Mais un ICBM, peut parfaitement se séparer de son troisième étage à une altitude encore plus élevée que 500 kilomètres, le dernier étage, autrement dit le module, celui contenant les ogives, se comportant un peu comme un petit vaisseau spatial, pouvant évoluer à une altitude de 1500-2000 kilomètres . Par ailleurs, au delà de 1000 kilomètres le missile échappe aux radars.
Le dernier assemblage du missile, celui qui contient les ogives se comporte donc un peu comme un petit vaisseau spatial. Il contient un ordinateur de bord, et il est propulsé avec du Propergol liquide, dont la combustion peut être interrompue, contrairement au Propergol solide, dont la combustion ne peut pas être interrompue… Il arrive à corriger ses trajectoires sans aucun problème…
Une fois que le missile a atteint son altitude maximale, il largue ses ogives avec des leurres, pour tromper les défenses anti missiles.
N’étant pas un expert en ICBM, ce sont bien évidemment des moyennes.. La séparation du troisième étage d’un missile intercontinental comme le Boulava, se situe donc dans l’ionosphère, de façon approximative, à 400-500 kilomètres… Certains ICBM se séparent de leur troisième étage, comme précédemment dit, à des altitudes encore bien plus élevées, soit 900 kilomètres, et leur altitude maximale peut atteindre 1500-2000 kilomètres. Le Titan II avait quant à lui une portée de 15 000 kilomètres, et son altitude maximale se situait  à 1500 kilomètres.
Lorsqu’il s’agit de satellite, c’est encore plus haut. Le système Galiléo a été mis en orbite par une fusée russe Soyouz depuis Kourou, à une altitude de 23 000 kilomètres.
Il existe des vidéos  d’ICBM, comme le Minuteman III, où l’altitude des deux premiers étages est mentionnée. Ce missile est l’équivalent américain du SS-27. Sa portée est de 10 000 kilomètres.
La thèse officielle repose donc sur un tir de missile raté, le Boulava, pour expliquer le phénomène de spirale norvégienne. Un problème serait survenu lors de la séparation du troisième étage, le missile serait ensuite parti en vrille, formant cette spirale :
Le 11 Décembre 2009 la presse écrite a  déclaré (JDD) :
Les images ont fait le tour du web, éclipsant même le clip piraté de l’UMP sur les plateformes de vidéos françaises. Dans la nuit de mercredi à jeudi, une immense spirale, digne d’un préambule à la Guerre des mondes, s’est déployée dans le ciel de Tromsö, dans le nord de la Norvège. Tout le monde a cru à un canular vidéo tant cette spirale, parfaite et tournoyante, est apparue avec netteté. Mais des milliers de personnes ont vu ce phénomène possiblement climatique, dans une région où sont observés régulièrement des aurores boréales. Plusieurs télescopes semi-professionnels en ont même capté des images: Serait-ce le visage, sous forme de trou noir hypnotique, de la fin du monde? Pas tout à fait. Les fans de 2012 et des théories mayas devront patienter, car cette spirale n’est, en réalité, que le résultat d’un accident balistique. Après la diffusion massive de photos et de vidéos de cet événement atmosphérique, la Russie, dont le territoire se trouve à quelques kilomètres de Tromsö, a finalement dévoilé le pot aux roses vendredi matin. D’après une source officielle russe, citée par la BBC, le phénomène a été provoqué par le test d’un missile intercontinental « Bulava » défectueux. C’est au moins le sixième échec, sur treize tests, de cet engin de 3e génération depuis 2003. Le missile, d’une portée de 8000 kilomètres, a été envoyé d’un sous-marin situé en mer Blanche. Une fois arrivé dans l’atmosphère, le missile s’est mal déployé. Il est littéralement parti en vrille, alors que la mise à feu du troisième étage de cette mini-fusée devait s’enclencher. Les gaz échappés lors de cette spirale folle se sont ensuite répandus dans la stratosphère – où se situe la couche d’ozone. Une fois les réservoirs à sec, un cercle sombre, signalant une zone « vide » de gaz, s’est formé en lieu et place de la spirale. Si le phénomène est rare, il n’est pas inédit. Un incident identique est survenu au missile américain Trident II en 2007 (voir la vidéo ci-dessous). Mais de jour, ça ne ressemble guère à une communication extraterrestre  Les gaz échappés lors de cette spirale folle se sont ensuite répandus dans la stratosphère… où se situe la couche d’ozone.
Ces gaz se seraient donc répandus de l’ionosphère, d’une altitude de 400-500 kilomètres, à une altitude se situant entre 20 et 50 klms,  (couche d’ozone) Les gaz des ICBM ne peuvent pas se répandre d’une altitude aussi haute, à une altitude aussi basse. C’est impossible.  La vitesse d’un ICBM à cette altitude est d’environ 7km/s seconde. Il en est de même pour les gaz s’échappant des tuyères. Ceci est du au fait, qu’à cette altitude, un ICBM échappe à la pesanteur. Il en est de même pour les gaz.
L’immense majorité des gaz sortant des tuyères, sont, qui plus est, brûlés. Leur température est de 2500°…  Ces gaz, ne sont, par ailleurs, plus lumineux en raison de la raréfaction de l’air et de l’eau à une telle altitude. Ils sont presque transparents, lorsqu’ils s’échappent des tuyères, ne pouvant produire, même avec la réverbération du soleil, une spirale aussi gigantesque.  C’est aussi dû à la gravité.
Quand ils refroidissent, ces gaz restent en orbite autours de la planète sous la forme de résidus(particules et cendres divers). C’est une nouvelle forme de pollution. Au cas, où ces résidus retomberaient, sur la terre,  ils seraient systématiquement confrontées au phénomène dit, d’entrée atmosphérique, et vu leur taille, qui est minuscule, ils seraient immédiatement brûlés. Ce serait un peu, en vulgarisant au maximum, comme des micro météorites.
Après la séparation du troisième étage, l’ICBM continue sa course dans l’espace grâce à son système de propulsion, lui permettant de larguer ensuite ses ogives.
D’autres parts, le phénomène dit, « de trou noir », se produit généralement juste après la séparation du premier étage…- Pour récapituler, lorsqu’un ICBM comme le Boulava, se sépare de son troisième étage dans l’ionosphère, à une altitude avoisinant les 400-500 kilomètres, les traînées deviennent insignifiantes, pour ne pas dire inexistantes, à cause de la raréfaction de l’air et de l’eau,  Il ne peut pas y avoir la formation d’une  spirale lumineuse et d’une torsade bleue aussi gigantesques  dans cette couche de notre atmosphère, elle est trop ténue. Ce missile est tout sauf une comète, il ne contient pas d’eau.  C’est également du à la pression atmosphérique, qui est quasi nulle, à une altitude aussi élevée. Déjà, dès la séparation du second étage, la formation de traînées lumineuses pose problème, 80% de la masse totale de notre atmosphère, étant comprise entre 0 et environ 20 kilomètres d’altitude. C’est comme lorsque le LEM a décollé de la surface lunaire. Des personnes disaient que les américains n’avaient jamais marché sur la lune, parce que le LEM n’avait dégagé aucune fumée lors du décollage. La NASA a expliqué ceci par le fait, qu’il n’y a aucune atmosphère sur la lune. C’est le même principe pour les ICBM à une telle altitude… Les molécules d’air et d’eau sont tellement éloignées, que l’on peut considérer cette couche de notre atmosphère, un peu comme le vide intersidéral, ou comme la surface de la lune.
Par ailleurs, quelle que soit la séparation de l’étage, premier, second, ou le troisième , la simple description du phénomène rend cette thèse invraisemblable. Un peu plus haut, en effet je dis : En fait, deux lumières sont apparues très soudainement et de façon simultanée dans la nuit noire. L’une dans le ciel tournoyant sur elle même, créant la spirale, l’autre fixe, se situant dans la ligne d’horizon, avec cette immense torsade bleue partant d’une lumière à l’autre.
L’apparition du phénomène a donc été bien trop rapide pour un tir de missile raté.  La totalité du phénomène incluant des effets à la fois géométriques, gazeux, et lumineux, de façon quasi spontanée. La fin du phénomène étant très fluide et très douce, mais néanmoins rapide. Ce phénomène est apparu d’un coup, et a disparu progressivement. Lorsqu’il s’agit d’un missile le phénomène n’apparaît pas d’un coup, comme par miracle. On voit le missile monter, et laisser dans les basses couches de notre atmosphère des traînées lumineuses. Ces traînées n’ont rien de régulier. Elle sont anarchiques, Et si le missile venait à partir en vrille, il ne pourrait créer une spirale aussi parfaite, et aussi gigantesque.
***
Une autre explication a été publiée dans la presse officielle en Juin 2012, authentifiant de façon indirecte, la spirale apparue en Norvège comme un tir de missile raté.
En effet, il y aurait eu un phénomène spiralé au moyen orient, d’origine humaine, les gens ayant cru voir un OVNI. Les journalistes qui ont publié cet article, ont donc affirmé, que le même phénomène s’était produit en Norvège le 09 Décembre 2009, juste en comparant les deux phénomènes.
Cette déclaration ne repose sur rien.
Ils ont confondu ce tir de missile raté avec la spirale de Norvège en raison de la vrille produite par le missile, affirmant donc qu’il s’était passé la même chose en Norvège le 9 Décembre 2009.
Mais ces déclarations ne sont pas la conséquence d’une analyse rigoureuse, et encore moins scientifique, ce sont juste de simples affirmations. La presse officielle a donc authentifié de façon indirecte, la spirale norvégienne comme tir de missile raté, grâce à la vrille produite par ce tir de missile en Jordanie, en raison d’une vague ressemblance entre les deux phénomènes. Dans cet article, ils ont certes fait la ressemblance avec la spirale de Norvège, mais en aucun cas, ils n’ont pu prouver que la spirale de Norvège était un tir de missile raté. Ces affirmations ne sont pas la conséquence d’une analyse basée sur la raison. Ce sont juste des déclarations estampillées officielles à cause de la nature du journal qui est officiel.
Au sujet de cette vidéo sur ce tir de missile raté en Jordanie. Lorsque l’on regarde la vidéo attentivement, on voit les traînées lumineuses dans la basse couche de notre atmosphère.
Elles sont anarchiques dans leur forme, elles n’ont rien de régulier. Et ce sont réellement des traînées de missile. Il n’y a aucun doute à avoir. Elle se seraient vues à 1500 kilomètres à la ronde.
On voit ces traînées sur la vidéo pendant une période d’environ une minute trente à deux minutes. Ensuite, sur la vidéo, on voit un missile, et ensuite on le voit partir en vrille. C’est une toute petite vrille qui n’a rien de spectaculaire, et qui n’a duré que trois ou quatre secondes, contrairement à la spirale norvégienne qui était gigantesque, et qui a tourné sur elle même une demi minute, un phénomène produisant une structure géométrique quasiment parfaite,  elle ressemble d’ailleurs à une spirale logarithmique… Une spirale norvégienne dont la base du phénomène était tout le temps dans la ligne d’horizon, ce qui n’est pas le cas de ces traînées de missile
Vis à vis du phénomène survenu en Norvège, lorsque l’on observe les deux phénomènes, on voit bien que la vrille produite par ce missile en Jordanie, n’a aucun rapport avec la spirale norvégienne, qui était parfaite. Ces phénomènes se ressemblent, mais sont de nature différente.
Par ailleurs, l’explication officielle, parle d’un phénomène, qui se serait vu D’Arménie jusqu’en Jordanie et en Israël, ce qui paraît fort peu vraisemblable en raison de la zone couverte, visuellement parlant, qui serait presque de 1500 kilomètres.
Les traînées de missile dans la basse couche de notre atmosphère, ne se voient pas à plus de 1500 kilomètres à la ronde, c’est impossible,  en raison de la sphéricité de la terre, car elles stagnent à une altitude se situant entre 5 et 35 kilomètres. C’est comme si une traînée de missile au dessus de Dunkerque se voyait à Milan.
Par ailleurs, la vrille produite par ce missile se serait faite, selon la version officielle, à une altitude de 200-300 kilomètres. La encore, c’est impossible en raison de la gravité, car à cette altitude le missile échappe à l’attraction terrestre rendant impossible, la formation d’une spirale. Car lorsque les gaz s’échappent des tuyères, à une telle altitude, leur vitesse est en effet de 7klms secondes. C’est du à l’absence de pesanteur. La raréfaction de l’air et de l’eau rend également fort problématique la formation de traînées lumineuses.. C’est du à un phénomène de condensation qui est insignifiant, tout comme la pression atmosphérique, qui quant à elle, est quasi nulle.
C’est donc invraisemblable.
Invraisemblable également, en raison de la zone que ce missile aurait couverte visuellement parlant, qui serait de 1500 kilomètres, et qui contredit l’explication officielle.
Contrairement à ce qui est dit dans cet article de la presse officielle,  c’est le premier étage qui serait vraisemblablement parti en vrille, et à une altitude d’environ 35-40 kilomètres.
Ce missile ayant probablement décollé de Jordanie, couvrant une petite zone. Pas d’Iran, ni même de Russie…
Y compris à un niveau diplomatique, cette hypothèse ne tient pas la route, l’état hébreux ne pouvant permettre à un missile russe ou iranien de survoler son territoire.
Toujours à propos de cette spirale de Jordanie, sur les vidéos diffusées sur internet, cela ressemble d’ailleurs à ce qu’il s’était passé en Chine, en 2010, (télé chinoise)  (internet) bloquant un aéroport, la thèse officielle étant un OVNI. Des fakes d’OVNIS ont d’ailleurs été diffusés à cette époque.
Dans d’autres pays, au Canada ou en Nouvelle Zélande, ont été réalisés des fakes de spirales, il suffit de faire des recherches, et on voit parfaitement que ce sont des fakes
Le cas de la Nouvelle Zélande est emblématique de ce qui se passe en ce moment avec ces spirales. Et c’est d’autant plus ubuesque, que sur la vidéo de la spirale de Christ Church, ce n’est pas une spirale, mais des cercles concentriques.
Pour conclure, vu les mensonges contenus dans l’explication officielle de la spirale de Jordanie, et vu le nombre de vidéos montrant des phénomènes spiralés créés sur ordinateur, autrement dit des fakes, je ne serais pas étonné, que la vrille produite par ce tir de missile provenant de Jordanie, soit un fake…
Le missile est réel, mais la vrille, serait, à mon sens un effet.
Les traînées lumineuses sont elles aussi, quant à elles, bien réelles, mais l’apparition soudaine de cette vrille pourrait effectivement  être un fake.
Toutefois, comme je ne peux prouver de façon catégorique que cette spirale de Jordanie, est un fake, je la considère comme authentique. Elle a d’ailleurs, selon la presse officielle, été vue sur les radars, contrairement à la Norvège qui n’a été vue sur aucun radar.
***
Pour en revenir à la Norvège, et, bien évidemment, toujours à propos des traînées lumineuses produites par les ICBM, le Propergol solide n’est pas prévu, pour créer une telle couleur bleue, celle ci étant très unie. Le Propergol n’est ni un fumigène, ni un feu d’artifice, c’est juste prévu pour envoyer des missiles ou des fusées dans l’espace. La base du phénomène norvégien est une torsade blanche, avec à son extrémité, une vive lumière, et subitement, la torsade bleue apparait. C’est du blanc et du bleu, il n’y a aucune transition.. Dans le cadre d’un missile, c’est anarchique, ce sont des dégradés de teintes, mais pas une séparation aussi nette, avec dans sa continuité un phénomène d’un bleu aussi  pur et homogène. La nature du bleu indique la nature du phénomène…
Le dernier phénomène atmosphérique que l’on peut observer de la terre sont les nuages noctiluques, brillant dans le ciel nocturne après le coucher du soleil. C’est la réverbération des rayons de notre étoile sur des cristaux, qui donnent à ces nuages cet aspect féerique et lumineux. Au sujet de ces nuages, ils ont commencé à  être réellement observés de façon scientifique, dès le 19 ème siècle. Actuellement, beaucoup d’hypothèses sont émises… Certains scientifiques, ceux qui croient en la thèse du réchauffement climatique du au co2 et aux activités humaines, disent qu’ils en sont la conséquence, d’autres disent que ce sont les volcans, et d’autres pensent que ce sont les gaz d’échappement de la navette spatiale, qui les constitueraient en grande partie.  Difficile de se faire une idée précise sur l’origine exacte de ces nuages…
Ce phénomène, par bien des aspects reste inexplicable avec cette thèse.  Il faut toutefois reconnaître qu’il  existe des similitudes avec un missile, à cause des trainées lumineuses et colorées qu’un tel engin laisse derrière lui… Mais ce ne sont en aucun cas des preuves.
Pour conclure, ce n’est pas, parce qu’un phénomène ressemble à un autre phénomène d’origine humaine, que ce phénomène possède la même origine…
Ces deux phénomènes sont de nature totalement différente.
D’autres parts, la spirale norvégienne n’a été repérée sur aucun radar. Il est nécessaire d’insister sur ce fait, ce qui n’est pas le cas lors d’un tir de missile, celui ci se voyant sur les radars. Comme par exemple pour le missile qui a été vu en Jordanie et qui a été repéré sur des radars selon la presse officielle…
Ces deux phénomènes sont de nature totalement différente. La spirale de Norvège, n’est pas un tir de missile raté, et n’a été, il est nécessaire de le préciser, vue sur aucun radar…

Spirale russe 2006

Sibérie : Tomsk…

Les images animées sont relativement heurtées, avec de brusques changements d’angles. C’est du au réalisateur. Les photos  tirées du clip, avec agrandissement et augmentation de la luminosité, ou tout simplement une explication détaillée du phénomène,  permettent de bien mieux le comprendre.
Dans la spirale russe, ce qui est stupéfiant dans un premier temps, est en fait cette lumière avec rayons, qui ressemble  au projecteur d’un hélicoptère. Elle est littéralement suspendue dans le vide. Ces rayons sont au nombre de trois. On dirait un éventail.
La suite est encore plus surprenante, car  la lumière s’éteint, mais pas les rayons. A partir du moment où une source lumineuse ou une source de chaleur prend fin, et que celle ci génère des rayons, ceux ci devraient eux aussi s’éteindre, pas dans le cas présent.
La lumière s’est éteinte, mais ses contours restent, donnant cet effet de trou noir. Cela ressemble plus à un « effet masque », comme dans le phénomène norvégien.
Et comme si ça ne suffisait pas, les rayons se dissipent peu à peu, pour laisser la place à une autre lumière, un peu comme un fondu enchaîné. Rien n’est brusque, tout se déroule.  C’est invraisemblable, les rayons ne devraient pas rester, et pourtant ils sont là, tout comme cette seconde lumière. Cet enchainement de phénomènes lumineux est incroyable.
Et lorsque cette seconde lumière est pour ainsi dire, presque figée dans le ciel,  qui se passe t il  ?
La spirale qui commence à se former. Une spirale vraiment très lumineuse.
Par rapport à la perception, contrairement à la Norvège et à l’Australie, ce phénomène est discret. Cette discrétion n’ayant aucun rapport avec la qualité des images, c’est flagrant. Effectivement, lorsque vous visionnez le clip, il n’est pas impressionnant… La spirale est imparfaite, contrairement à la Norvège. Mais cela reste une spirale. C’est indéniable…
Cette vidéo qui est disponible un peu partout sur le net, est heurtée avec de brusques changements latéraux, mais surtout d’angles. On s’aperçoit toutefois de la complexité du phénomène qui est en plusieurs temps, et qui s’enchainent avec fluidité, malgré les  tremblements consécutifs à la prise de vue. La fluidité étant donc inhérente au phénomène…
L’une de mes descriptions met en évidence, ce que j’appelle un éventail. On note ainsi qu’à un moment bien précis, celui qui a filmé, change subitement d’angle, ce qui explique ainsi le changement d’angle des rayons..
Beaucoup de gens ont fait circuler cette vidéo réalisée par un amateur (clip non traité). Cette personne a vu ce phénomène, a sorti son portable, et l’a ensuite diffusé sur le net. Il a été copié et utilisé à maintes reprises par des gens n’ayant aucun rapport entre eux. Comme vous pouvez le constater, où  l’internaute qui a traité le clip,  sans altérer la source, a mis l’adresse de son site.(clip traité) La vitesse, sans le ralenti, est de trente secondes.
L’ajout de luminosité et de contraste, rend le phénomène nettement plus compréhensible.  Quant à moi, j’ai mis par écrit, ce que j’ai vu lorsque j’ai visionné le clip.
Le phénomène russe  est bien réel,  c’est une spirale…

Explication officielle spirale Sibérie : Le missile :

Avant d’aborder l’explication en elle même, les étapes d’un tir de missile dans sa phase de poussée :
1 ) Lorsque le missile vient d’être tiré, il monte, et ne laisse dans l’atmosphère qu’une seule et même trainée lumineuse.
2) Ensuite, on voit apparaitre de façon très significative, le phénomène lumineux du au gaz d’échappement .
3 ) Ensuite, il y a un effet « trou noir », qui est une zone non lumineuse, consécutive à la séparation du premier étage.
4 ) Ensuite, peu de temps après la séparation du premier étage, le missile disparait.
5 ) Les trainées lumineuses torsadées dues au gaz d’échappement, restent en suspension longtemps dans l’atmosphère… Elles sont anarchiques dans leur construction, car le phénomène n’est pas contrôlé, il est aléatoire…. A chaque tir de missile, les trainées sont différentes… Bien souvent, les gens croient voir un UFO, car le missile a disparu, mais pas les trainées multiteintées aux formes étranges et surtout impressionnantes, qu’il a laissé derrière lui.

Spirale russe, Tomsk :

Une lumière blanche, apparait dans le ciel de Russie… Le problème est qu’elle génère trois « rayons » en éventail parfaitement droits et relativement longs, cela ressemble à des trainées à la fois vaporeuses et lumineuses.
Ces trainées lumineuses pourraient  éventuellement faire penser aux gaz d’échappement d’un missile. Or, un missile dans sa phase ascensionnelle, ne laisse qu’une seule trainée, pas trois, et encore moins en éventail. C’est dû à un  système unique de propulsion qui lui permet de décoller à la verticale, et de poursuivre sa course jusque dans l’espace.
Un autre point qui confirme que ce ne peut être un missile à l’origine de cet éventail russe… Une fois le premier étage largué, un missile engendre juste un halo lumineux après la ou les tuyères, pas ce type d’effet visuel.
Après la séparation du premier étage, apparaît l’effet « trou noir ». Le problème dans le phénomène russe, est que cet effet forme un cercle assez bien dessiné.
Les trois trainées lumineuses restent, alors que la lumière s’éteint très rapidement. Et c’est inexplicable avec la thèse du missile. Les « experts »  disent que cela correspond à la séparation du premier étage, et au fameux effet trou noir. C’est impossible, car le phénomène est trop bien dessiné… Ce sont deux phénomènes de nature différente…. Ces trois trainées lumineuses en éventail bien droites, restent en suspension dans l’air. C’est impressionnant. En plus de ça, elles s’éteignent à une vitesse qui défie toute logique. C’est bien trop rapide, il y a un problème évident de timing. Les trainées lumineuses des missiles ne s’éteignent pas aussi rapidement, cela reste en suspension dans la basse atmosphère des dizaines de minutes, pour ne pas dire une ou deux heures.
Ensuite, une autre lumière apparaît, et c’est à partir de cette lumière que se forme la spirale.  Comme une tache dans le ciel, comme si on traçait une spirale dans la tache, ou à partir de la tache. On pourrait penser à une explosion, mais pas du tout. C’est la matière lumineuse, à partir de laquelle le dessin se forme.
Un missile dans sa phase ascensionnelle ne laisse qu’une seule trainée rectiligne, pas trois, et encore moins en éventail, car ces trois trainées lumineuses,  sont parfaitement droites. Le phénomène russe juste avant la formation de la spirale, engendre des effets qui ne peuvent pas être la conséquence d’un missile. C’est impossible.
Pour bien comprendre ce phénomène, il faut le prendre en entier, et ne surtout pas isoler l’une de ses composantes. La spirale en est partie intégrante… Et les trainées avant la spirale, ne peuvent pas être engendrées par un tir de missile. Ce n’est donc pas un missile.  Cette thèse pour expliquer cette spirale ne tient pas la route. .
On aurait pu aussi imaginer des reflets dans un objectif, comme avec le soleil, mais si la lumière s’éteint, les rayons aussi… Ce n’est donc pas un reflet dans l’objectif.
Tout comme la Norvège, le phénomène russe,  n’est pas consécutif à un tir de missile.

 

Spirale Chine

Il y a bel  et bien eu l’apparition d’un phénomène de spirales à la fin des années 1980 dans cette partie du monde…  C’est incontestable… Deux reportages ont été réalisés.
Une traduction assez complète a été faite d’un des reportages chinois, sur internet. J’ai décidé de la publier.
Traduction française :
L’homme avec le t-shirt rouge (témoin oculaire de 1988) dit :
D’abord j’ai vu une lumière qui a grandi, Et ensuite j’ai vu qu’elle a commencé à former une spirale. J’ai tout de suite pensé que c’était un OVNI. C’est arrivé chaque nuit, 5 nuits de suite. »
Ensuite, le témoin indique qu’au dernier moment de sa rotation, la spirale a changé de sens, passant du sens des aiguille d’une montre, au sens inverse des aiguilles d’une montre. Le journaliste, celui qui commente dit :
D’abord il insiste sur l’année, 1988, c’est la fin de la guerre froide.  Les russes essayaient de se débarrasser de leur réserve nucléaire. Donc ils les lançaient dans l’atmosphère et les faisaient éclater sans les faire retomber. Si vous n’êtes pas en possession de ce type d’informations, vous êtes enclin à penser que c’est un OVNI, car l’objet qui est apparu dans le ciel est mystérieux et ne ressemble à rien de connu.
 
***
Dans celui ci,  on voit une spirale tourner dans le sens des aiguilles d’une montre, pour aussitôt repartir dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, pour enfin se terminer avec un effet trou noir. La date est de 1988. La similitude avec la Norvège est frappante, en raison du trou noir. Mais pas seulement, comme les autres phénomènes, c’est une spirale…
Deux reportages ont donc été réalisés, le premier semble être très récent. Le second, un peu moins, 2006. Toujours est il que cet autre reportage de 2006 montre aussi des spirales apparues dans le ciel.  Les lieux où sont apparus les spirales sont mentionnés…. En début de reportage, on voit en effet une immense spirale dans la ligne d’horizon. Il semblerait que ce soit une photo.
En milieu de reportage, on voit également une spirale au dessus de bâtiments. On voit la spirale tourner sur elle même, tout en se déplaçant à l’horizontal, de droite à gauche…. C’est l’une des caractéristiques de la spirale logarithmique.
En fin de reportage, le reporter va dans un lieu qui semble être administratif, et sort de vieux documents des tiroirs, car jaunis par le temps. Sur ces vieux documents, une spirale est dessinée, avec aussi sa course dans le ciel, au dessus des immeubles d’une ville, se déplaçant de la même façon que dans les images animées.
Ces documents, que l’on peut voir dans ce second reportage, sont stupéfiants, car ils reproduisent à la main ce qui s’est passé en Chine durant les années 1980 Il y a aussi des pages entièrement remplies d’écrits manuscrits.
Le phénomène de spirales apparu en Chine dans les années 1980 est une réalité. Il semblerait par ailleurs qu’il y en ait eu plusieurs.

 

 

Explications officielles Spirales Chine : ogives nucléaires, et missile !

Ogives nucléaires

En fait, il existe plusieurs explications officielles, celle du premier reportage avec la traduction, les russes auraient fait exploser leurs ogives nucléaires dans l’espace pour s’en débarrasser.
Une explosion nucléaire, même dans l’espace, ne fait pas de spirale, et encore moins une spirale qui va dans le sens des aiguilles d’une montre pour aussitôt repartir dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Et surtout 5 nuits de suite.


Le missile

Un missile, lorsqu’il part en vrille, s’il part en vrille bien évidemment, car ce n’est pas systématique, va dans un sens, uniquement dans un sens, il ne va pas dans le sens des aiguilles d’une montre, pour aussitôt repartir dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.
La technologie du missile ne peut  en effet générer ce type d’effet visuel, c’est impossible… Déjà, la formation d’une spirale par un missile dans l’atmosphère, c’est très rare, mais la formation d’une double spirale, dans le sens des aiguilles d’une montre, et puis dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, c’est bien plus qu’un miracle, c’est impossible. Des missiles ne peuvent pas générer ce type d’effets combinés dans l’atmosphère, c’est invraisemblable.

Thèses alternatives pour expliquer les phénomènes

 

Les explications officielles étant par bien des aspects, invraisemblables, il existe un nombre très important de thèses non officielles pour expliquer les apparitions de ces spirales depuis les années 1980.
Le drone ou le missile expérimental !
Certains pensent, qu’il s’agit quand même d’un missile ou d’un drone, mais expérimental. 
La technologie du drone ou du missile, qu’il soit expérimental ou non, et qui est un objet, n’est pas la technologie en mesure de produire des effets aussi complexes, quelle que soit l’année… Des missiles, même munis d’une nouvelle génération de Propergol inconnu sur terre, sont incapables de tracer une spirale dans le ciel accompagné d’un bleu aussi pur, comme en Norvège.
Pour le drone, c’est différent, l’armée en question aurait mis une espèce de diffuseur de fumigène, accrochée à la queue de l’appareil, ce qui est encore plus ubuesque.
Au sujet de ces drones munis de fumigènes qui se verraient la nuit, la question que tout le monde se pose est : mais pourquoi une armée s’amuserait elle à tracer une spirale aussi magnifique dans le ciel de la Norvège,?
Il n’existe aucune réponse à ce sujet. De plus, il ne s’agit que de rhétorique dans cette explication…
Cette explication est en effet  invraisemblable à plus d’un titre, et pas seulement sur le plan de la motivation, à un niveau technique.
Essayons toutefois de développer ce type d’argumentations.
En Norvège, le phénomène est apparu trop soudainement, il aurait donc fallu un drone pour tracer la spirale, et un autre pour la torsade.   De plus, comme il a été dit dans l’analyse du phénomène norvégien, et qui se voit d’ailleurs sur toutes les photos, lors du déploiement de la spirale, les spires s’arrêtent dans le ciel à un endroit bien précis, comme si tout était sous contrôle. Déjà, tracer une spirale aussi parfaite, et aussi grande, avec cette technologie est invraisemblable, mais faire en sorte que le gaz s’arrête à un endroit bien déterminé dans le ciel, pour  ensuite former un trou noir, pour aussitôt se fluidifier tout en douceur, c’est encore plus impossible.
Aucun gaz, ni aucun fumigène, sur cette planète ne peut réaliser un tel spectacle, tout simplement parce qu’il est impossible qu’un gaz, ou qu’un fumigène, soit sous contrôle de cette façon. Outre la spirale qui est parfaite, le fumigène ou le gaz aurait du créer cette forme globale, comprenant donc, la spirale, avec une vive lumière en son centre, mais également cette torsade d’un bleu énigmatique avec une autre vive lumière à son extrémité, et ce, de façon quasi spontanée. Un tel enchaînement de phénomènes à la fois gazeux et lumineux, sous contrôle, est impensable avec cette technologie.
Quant à l’Australie, c’est tout aussi impensable, dans la mesure où le phénomène était à une haute altitude… La raréfaction de l’air et de l’eau rendent impossible la thèse du drone, ou du missile, qu’il soit expérimental ou pas. Un phénomène qui se voit à 1350 kilomètres à la ronde est forcément à une altitude élevée. C’est donc impossible…
Pour la Chine, c’est aussi en raison de la motivation que cette thèse ne tient pas la route. Un missile qui trace une vrille dans le sens des aiguilles d’une montre, pour aussitôt repartir dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, ne peut pas produire cet effet. Ce ne serait donc pas un missile le responsable de cette spirale, mais un drone. Autrement dit un engin télécommandé.
Mais pourquoi une armée aurait elle produit un tel spectacle dans la Chine des années 1980, en envisageant l’hypothèse ? La motivation profonde  reste donc l’énigme principale de cette thèse, qui est par ailleurs, invraisemblable sur un plan technique, en ce qui concerne la Chine.
Pour la Sibérie, la complexité du phénomène met en lumière des invraisemblances. Un missile ne peut générer trois trainées lumineuses en éventail. Ce serait donc un drone, muni de fumigène qui aurait créé cet éventail russe. Le fumigène se serait ensuite dispersé de façon très rapide et progressive. Une fois celui ci évaporé, une lumière serait donc apparue, et c’est à partir de cette lumière que la spirale aurait été créée. La description du phénomène russe rend la thèse du missile et du drone, qu’il soit ou non expérimental, invraisemblable.
La technologie du drone, et ou du missile, qu’elle soit expérimentale ou pas, ne peut pas être à l’origine de ces spirales, en raison des incohérences que cette explication, engendre pour les 4 spirales. Et c’est autant les  particularités des 4 phénomènes qui contredisent cette thèse, que les arguments qu’elle développe…
Pour finir, ces spirales n’ont été vues sur aucun radar, ce que la thèse ne mentionne pas.

 

HAARP et ou EISCAT:
Parmi toutes les thèses qui s’entremêlent comme une véritable toile d’araignée,  pour expliquer ces phénomène de spirales,  il existe  HAARP et (ou)  EISCAT . Cette thèse part du principe que ce programme aurait la capacité de créer ces spirales.
HAARP est situé en Alaska, sa vocation est l’étude des propriétés de l’ionosphère, ses antennes seraient également utilisées comme antiennes relais, pour améliorer la communication entre les sous marins.
Il aurait coûté 30 millions de dollars.  Par ordre de comparaison, un avion de série comme le rafale, a un prix unitaire de 100 millions d’euros. Le coût total du programme rafale a coûté environ 40 milliards d’euros.
L’avion expérimental américain B2, qui n’a jamais été un avion de série comme le f117, dont le prix unitaire était de 40 millions de dollars, coûte à l’unité, quant à lui, environ 2 milliards de dollars.
Les programmes HAARP ou EISCAT sont connus. Ils sont cités dans beaucoup de commentaires, ils expliqueraient donc le phénomène de spirales, mais aussi les tremblements de terre,  les éruptions volcaniques, les cyclones, et bien d’autres catastrophes…
Il y a donc une part de phantasme énorme, dans tous ces commentaires, car si l’armée américaine, avait réussi à trouver une arme aussi destructrice, quasi apocalyptique, à un coût aussi réduit,  puisqu’à distance, elle aurait la capacité d’anéantir n’importe quel pays, elle n’aurait jamais dépensé autant d’argent dans la construction du bombardier expérimental, B2, un avion furtif, qui  peut justement embarquer deux bombes nucléaires d’une puissance de 100 mégatones…
Toutes ces rumeurs concernant HAARP et sa capacité à déclencher l’apocalypse, n’importe où, n’importe quand, ne sont fondées sur rien. Tout ce qui se dit sur HAARP, en matière de climat, de tsunami, etc… est bien évidemment faux, car HAARP est incapable de faire tout cela.
Cette technologie  n’a par ailleurs, rien de secret, elle est surtout complexe, ceci explique cela. Les gens doivent vraiment s’informer sur HAARP et EISCAT, qui est son petit frère et qui se trouve justement à Tromso là où est apparue la spirale norvégienne, pour éviter de tomber dans une paranoïa collective.
Spirales Norvège, Australie, Russie, Chine… 
Ces spirales sont lumineuses, personne ne pourra dire le contraire, il suffit d’observer les photos. Le phénomène norvégien est quant à lui, géométrique, la spirale formant des spires tout autours de son axe. Et la couleur de la torsade est bleue.
Globalement, le programme  HAARP n’est  pas capable de produire ce genre de phénomène, que ce soit de façon directe ou indirecte.
En effet, HAARP émet des ondes électromagnétiques, qui ne sont pas dans le domaine du visible, contrairement à la lumière du soleil. Ce programme n’est par conséquent pas en mesure de projeter des images dans le ciel. Il serait donc question, d’utiliser HAARP, en chauffant le plasma ionosphérique, voire de chauffer carrément l’ionosphère, afin de dessiner ces spirales… Ce qui est tout aussi impossible techniquement parlant..
***
Pour conclure, cet outil ne peut pas réaliser des  dessins dans le ciel,  ne peut pas faire des tremblements de terre, des cyclones, ou des tornades, HAARP n’a pas été construit pour ça.…
Quelle que soit la puissance des émetteurs, quelle que soit l’année,  1960, 1988, 2006, 2009, quel que soit le pays, cette technologie ne peut pas engendrer ce type d’effets visuels combinés dans la troposphère, dans la stratosphère, et dans l’ionosphère, et encore moins dans l’espace…
Hologramme :
Il faut d’abord distinguer la part du phantasme de la part de la réalité. Il existe de faux hologrammes et de vrais  hologrammes.
Les faux hologrammes :
L’exemple le plus marquant de faux hologrammes est CNN. Au cours d’une émission lors de la campagne présidentielle 2008,  le téléspectateur voit, à côté du présentateur vedette, un autre journaliste apparaitre en direct à la télé. Ce n’est pas un hologramme mais une incrustation 3d d’un autre journaliste en direct à 1500 klms de distance
En effet, dans le studio télé, aucun hologramme n’est apparu, il n’y avait rien. Même pas l’ombre d’une image.
Les vrais hologrammes :
Spirale Chinoise, Russe, Australienne, et Norvégienne  :
Bien que l’appellation soit la même, il existe différents types d’hologrammes.Les projections 3d, sont  des hologrammes.
Les hologrammes dont il est question dans cette thèse, sont en fait, des images 3d animées qui donnent l’impression de flotter dans l’espace. Ce sont des hologrammes, mais le terme de projection d’images animées et en trois dimensions, est plus approprié. Ces images en trois dimensions ne peuvent pas se projeter n’importe comment.

Il serait donc question d’un projecteur unique projetant dans l’espace des images de synthèse, en mouvement, et en trois dimensions. Le problème, est que, même pour de tous petits hologrammes, cette technologie n’existe pas sur terre.
Partons du principe qu’elle existerait.
En ce qui concerne le  phénomène de spirales, lorsque vous observez les clips, ce qui marque, est la fluidité de ces phénomènes. Rien n’est semble-t-il, laissé au hasard. Particulièrement la spirale norvégienne, qui se termine comme un fondu, de façon très progressive.
Pour la Chine, la chronologie des apparitions rend cette thèse totalement impossible, car en 1988, la technologie de l’hologramme animé sur cette planète était embryonnaire, quasi inexistante. Il n’y avait aucune projection d’images virtuelles 3d  animées. Car c’est l’idée développée par cette thèse. Des êtres humains auraient fabriqué par ordinateur ces spirales, et les auraient ensuite converti en hologrammes 3d animés, autrement dit en images de synthèse 3d animées, qu’ils auraient ensuite projetées dans le ciel. Le problème est que, en 1988, les hologrammes que les êtres humains produisaient n’avaient rien à voir avec ceux de maintenant, ils étaient très simples. Et pourtant la spirale chinoise est une réalité, ce n’est pas une illusion. Elle existe, plus personne ne peut la nier.
Pour la Norvège, c’est différent, en 2009, la technologie de l’hologramme avec images animées était une réalité, mais malgré les progrès effectués dans ce domaine, c’est  encore pour des raisons techniques que cette thèse est improbable.
Toutefois… Comment serait il possible de reproduire, un tant soit peu, avec cette technologie de tels phénomènes, que ce soit pour la Russie la Norvège ou l’ Australie ?
Il faudrait utiliser des satellites… C’est tout simplement impossible, nous ne disposions pas de cette technologie en 2006, en 2009, et en 2010. Nos satellites étaient, et sont d’ailleurs toujours incapables en ce début de 21 ème siècle, de se transformer en projecteurs comme ça.
Pourquoi ?
C’est simple, la quantité d’énergie pour envoyer, de l’espace, de telles images animées en trois dimensions , doit être prodigieuse. Cette énergie, nos satellites ne la possédaient pas, et ne la possèdent toujours pas.
Il faut  donc de l’électricité venant du sol. Rien que les projecteurs de la tour Eiffel consomment une énergie non négligeable, pour ne pas dire disproportionnée par rapport à l’effet désiré…
Sans même parler de la base du phénomène, qui est, sur toutes les photos et clips,  tout le temps dans la ligne d’horizon, un phénomène qui s’est vu, ceci étant dit, à des centaines de kilomètres à la ronde, il faut remettre ce type de « spectacle » dans son contexte à la fois énergétique, mais également technologique. La projection d’un hologramme  3d animés dans le ciel, c’est bien plus colossal qu’un petit spot de Noël balancé dans la nuit parisienne en période de fête.
De plus, contrairement au phénomène de spirale,  les hologrammes  que nous fabriquons sont de petits hologrammes. Pas des phénomènes aussi « énormes ». En ce début de 21 ème siècle, notre technologie ne nous permet pas de projeter de telles images animées en 3d dans le ciel. Il faut être réaliste…
Pour produire un phénomène aussi gigantesque, aussi fluide et complexe, avec des images de synthèse animées en 3d projetées dans le ciel, cela nécessite un appareillage qui est de la science fiction.
En fait, c’est la base du phénomène norvégien, qui met le mieux en évidence, l’invraisemblance de cette thèse. Il ressemble à un phénomène à  la fois gazeux et lumineux, mais très bien dessinée, avec une très vive  lumière à son extrémité. Ce qui prouve à quel point sa puissance était colossale.
(base du phénomène : photo 1 – base du phénomène : photo 2 )
Pour l’Australie, c’est tout aussi impossible.  La fin du phénomène  australien, met en évidence un aspect vaporeux, comme un halo, surtout  lorsque le soleil se lève. L’énergie développée doit être  fantastique pour  créer ce type d’effet visuel.  C’est invraisemblable… Nous sommes incapables de produire un tel phénomène, que ce soit à partir du sol, ou de l’espace.
La technologie de la projection d’hologramme 3d avec des images animées est complexe, désolé si ces explications la vulgarisent de façon non détaillée, mais cette thèse ne peut être retenue pour expliquer les spirales russes, norvégiennes, et surtout australiennes et chinoises. Outre un problème lié à la technologie en elle même, il existe en effet aussi un très gros problème au niveau de la chronologie, car les hologrammes que les humains produisaient dans les années 1980 étaient très  « rudimentaires ». Il est donc définitivement impossible de retenir cette thèse.
Laser :
Les lasers forment des faisceaux, et les formes géométriques fabriquées par cette technologie sont facilement reconnaissables et repérables. Elles ne correspondent pas au quatre phénomènes.
Le laser est certes utilisé dans la technologie des hologrammes, mais le laser seul est incapable de produire ce type d’effet, notamment sur le plan de la fluidité, de la complexité des courbes, c’est trop heurté, quasi stroboscopique. Dans des spectacles de techno, il y a des effets simulant  des images 3d en mouvement avec des lasers, mais cela reste très basique.
Quant à l’effet gazeux, il aurait été obtenu par la projection de fumigène ou de poudre, dite réflective. La pulvérisation de fumigène ou de poudre aurait donc du s’opérer avant, soit par l’intermédiaire d’immenses canons, soit par des avions. Et ce type d’intervention, ne passe pas inaperçu, tant au niveau du bruit, que de la vue. Mais c’est surtout impossible, car la quantité de particules à projeter dans l’atmosphère, pour réaliser un tel effet, doit être prodigieuse.
Nous n’avons pas une telle technologie nous permettant de projeter à une vitesse aussi rapide, des milliers de tonnes de matière dans la stratosphère, pour aussitôt les faire disparaitre, comme par enchantement. C’est invraisemblable.
Quant à l’Australie, vu l’altitude du phénomène, là, ce n’est même pas la peine d’épiloguer. Pour la Chine, c’est le contexte de l’époque qui rend cette thèse encore plus incohérente.

***

On a souvent confondu ces spirales, particulièrement la Norvège, avec des interventions d’origine militaire… Mais au final, on s’aperçoit que ces apparitions survenues en Australie, en Norvège, en Russie, et en Chine, sont irréalisables avec toutes nos  technologies humaines…
Face à toutes ces incohérences, la toute première thèse, ou plus exactement la toute première impression, que l’immense majorité des personnes a ressenti lorsqu’elles ont vu ces spirales…  est : UFO. Cela expliquerait les quatre phénomènes.
Aurore boréale :
Une aurore boréale est un phénomène ionosphérique qui « embrase » le ciel. Ce sont les vents solaires soleil qui en sont à l’origine. Cela dure des heures. Mais surtout, une aurore boréale est incapable de produire une spirale parfaitement géométrique, dans la mesure où ce phénomène est aléatoire. Il ne répond à aucun schéma visuel cohérent si ce n’est son aspect irréel, féérique, magnifique à regarder, mais les aurores boréales sont connues depuis la nuit des temps, et n’ont jamais généré des phénomènes aussi complexes, que ceux apparues en Norvège et en Sibérie.
De plus, dans les régions où  sont apparues les spirales australiennes et chinoises, il n’y a pas d’aurore boréale.
Il n’y a aucun rapport entre les aurores boréales et le phénomène de spirales.
Météorites, satellites.
Cette explication a été émise lorsque les témoins ont vu le phénomène norvégien, plus par surprise que par raison. En effet, lorsque les spirales se sont formées, en Australie, en Norvège ou en Russie, tout le monde a pu constater qu’un météorite ne pouvait pas en être à l’origine, car lorsqu’un objet venant de l’espace, qu’il soit humain ou non, traverse notre atmosphère, il ne fait pas de spirale, mais une trainée lumineuse qui perfore le ciel. Comme il l’a déjà été dit, les spirales australiennes, et norvégiennes sont des phénomènes qui ont duré relativement longtemps, et qui n’ont été vues sur aucun radar, cet argument élimine aussi cette thèse.
Phénomène météorologique :
La météo n’est pas responsable de ces spirales. . Pourquoi ? Car ces spirales sont avant tout lumineuses et sont  apparues dans un ciel noir ébène. Aucun phénomène météo ne peut se repérer dans une nuit noire.  C’est impossible. .
Quant à l’Australie, vu que la spirale est apparue à une altitude relativement élevée, se voyant à 1350 kilomètres à la ronde,  il est encore plus impossible d’évoquer un phénomène météo. Les cyclones et autres tornades, n’ont jamais éclairé nos nuits. C’est même plutôt l’inverse.
Certains phénomènes météo relativement rares,  sont faussement comparé à des UFO. Ces phénomènes s’expliquent, et ils se produisent le jour, pas la nuit.
Pour conclure, le phénomène norvégien va dans le sens des aiguilles d’une montre, et dans l’hémisphère nord, tous les cyclones et autres tornades, vont dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.
Les travaux de Nicolas Tesla…
Les recherches de Nicholas Tesla portaient essentiellement sur l’électricité. Cet ingénieur de la fin du 19 ème siècle, début 20 ème, a découvert le courant alternatif et la radio. Il a mis au point une bobine qui porte d’ailleurs son nom, il a également été à l’origine de l’amélioration du radar, car le concept en lui même, est consécutif aux recherches de plusieurs scientifiques.
Beaucoup de choses se disent sur cet inventeur, notamment sur le net,  et dans divers reportages, plus soucieux de l’audimat, que de la rigueur.
 Il aurait créé des éclairs. Il parait qu’il arrivait à contrôler  cette énergie colossale que représente la foudre. Mais il est également question de ce qu’il appelait l’énergie du vide.
En fait, ses recherches  provoquent énormément de fantasmes, comme les programmes HAARP et EISCAT. Certains sont même allés jusqu’à dire que Nicholas Tesla, aurait fabriqué une soucoupe volante.
Toujours est il que ses  recherches sont encore très controversées, même encore maintenant, car ce qu’il nommait l’énergie du vide, reste relativement évasif. Il est également très difficile, de faire la distinction, entre ses inventions réelles, et celles qui  sont du domaine de l’imaginaire… Il en est de même pour tout ce qu’il aurait pu dire…
Ayant lui même travaillé sur les ondes électromagnétiques, il est impossible d’attribuer aux inventions de Nicola Tesla le phénomène des spirales, car les programmes HAARP et EISCAT  qui vont nettement plus loin que ses propres travaux, dans ce domaine de la propagation des ondes radio, ne peuvent  pas générer ce type d’effet visuel dans l’atmosphère.
Canon à plasma:
Le canon à plasma est une arme expérimentale, qui se voit bien plus dans les jeux vidéo, que dans la réalité, et elle ressemble surtout à un marteau, pas à un pinceau…
Star Gate  :
Certains pensent que le trou noir observé dans les spirales norvégiennes et russes, est un passage interdimensionnel… Bien évidemment, aucun arguments dignes de ce nom ne vient étayer cette thèse…
La création d’un trou noir, ou d’un passage inter dimensionnel, est invraisemblable à plus d’un titre.
Arme secrète…
Ces spirales seraient la conséquence, d’une arme secrète. Le problème est que, ces phénomènes, bien que silencieux, ne sont pas passés inaperçus. En effet, aussi bien pour l’Australie, que la Norvège,  et la Chine, elles sont  apparues comme un nez au beau milieu de la figure. Elles n’ont donc rien de secret, et ne sont pas du tout furtives, bien qu’elles n’aient été vues sur aucun radar. C’est particulièrement vrai avec la Norvège, dont les formes géométriques, ressemblent presque à des motifs « peints » dans le ciel.
La thèse n’explique pas comment cette arme fonctionnerait. Cette arme serait effectivement tellement secrète, qu’il est impossible de dire comment elle agirait, même en faisant appel à son imagination. Elle ne repose sur rien…

 

***

On a souvent confondu ces spirales, particulièrement la Norvège, avec des interventions d’origine militaire… Mais au final, on s’aperçoit que ces apparitions survenues en Australie, en Norvège, en Russie, et en Chine, sont irréalisables avec toutes nos  technologies humaines…

Face à toutes ces incohérences, la toute première thèse, ou plus exactement la toute première impression, que l’immense majorité des personnes a ressenti lorsqu’elles ont vu ces spirales…  est : UFO. Cela expliquerait les quatre phénomènes.

 

 

PANS  et OVNIS

PAN : Phénomène Aérospatial Non identifié. OVNI : Objet Volant Non Identifié. (UFO)
***
Bien souvent,  les gens croient voir un UFO, alors que le phénomène peut s’expliquer de façon rationnelle dans 80% des cas.
Les traînées lumineuses des missiles (ICBM) la nuit, sont l’un des exemples les plus marquants.  Dans un clip faussement comparé à un UFO, on voit carrément les débris du missile retomber . .Un autre phénomène encore plus impressionnant , a été aperçu dans une zone  assez vaste aux USA, effrayant tout le monde au passage… C’est très impressionnant, mais ces phénomènes sont toutefois  humains.
Mais il n’y a pas que les trainées de missiles, ou des trainées d’avions un peu bizarres, dans un ciel crépusculaire, qui sont pris pour des OVNIS ou des PANS.
Un avion expérimental américain, le YB-49, (aile volante) malgré le bruit assourdissant de ses moteurs à réactions, était souvent pris pour un UFO lorsqu’il volait de jour. Il faut reconnaître que, même encore maintenant cet avion est très spectaculaire. Le B2 est le descendant du Y-B 49.
Il n’y a pas que les prototypes qui sont pris pour des UFO. Les simples lumières d’un avion la nuit, peuvent effectivement provoquer une surprise, et les personnes croient voir un OVNI, alors que c’est un avion tout ce qu’il y a de plus normal.
Certains phénomènes météo relativement rares aussi, peuvent créer la stupeur, et aussitôt, on croit voir un PAN ou un UFO, alors que ce ne sont que des phénomènes qui s’expliquent de façon assez banale, comme la chute d’une météorite. Vénus aussi, est souvent confondue avec un UFO.
Bref, dans 80% des cas, le phénomène OVNI est expliqué de façon rationnelle. Mais lorsqu’il ne l’est pas, il se présente de cette façon:
Tous les témoins décrivent des objets aux formes triangulaires, ovoïdes, ou tout simplement des lumières, volant dans le ciel très lentement ou très rapidement. Ils peuvent évoluer à très basse ou très haute altitude, stopper d’un coup, et repartir aussi rapidement, sans pour autant faire le bang du mur du son. Ils n’émettent aucun bruit, échappent très souvent aux radars, mais ce n’est pas systématique.
Face à ce phénomène OVNI, il existe deux approches différentes. Il est soit nié, et dans le meilleur des cas expliqué par des thèses incohérentes, soit authentifié.
En ce début de 21 ème siècle, le phénomène est très étudié. Le problème est que, de nos jours, la majorité des photos ou des clips, que l’on voit sur les OVNIS,  et qui circulent sur internet, sont des faux, des fakes en anglais.
Ils sont fabriqués avec des logiciels 3d, tel Maya, ou Blender et Terragen 2 chez les gratuits.
Un exemple de fake qui a fait le tour du monde. C’est UFO Haiti. Le soi disant UFO était en fait un fake, dont l’idée a été ré-utilisée pour réaliser une campagne publicitaire.
Pour être sur qu’il ne s’agit pas d’un fake, le plus évident est de trouver plusieurs photos ou clips, venant de sources différentes (témoins), montrant le même phénomène, prouvant ainsi qu’il ne peut s’agir d’un faux. Si vous ne disposez que d’un seul document, la seule solution, est une analyse minutieuse de celui-ci, et lorsqu’il s’agit d’un fake, il est très vite démasqué, parce que les images mettent en évidence des invraisemblances, ou des effets spéciaux relativement grossiers….
Il existe donc une part de fantasme impressionnante sur le phénomène OVNI. Certains vont très loin dans ce domaine, et suggèrent que les américains fabriqueraient en ce moment de faux UFO issus d’une technologie extra-terrestre, récupérée lors du crasch de Roswell, si souvent repris au cinéma et à la télé. Une technologie extra terrestre qu’ils auraient mis des années à comprendre.
Il n’y aurait donc plus aucune différence, entre les faux UFO made in USA, et les vrais UFO. On se demande d’ailleurs pourquoi les américains, s’amuseraient à construire des f117 très coûteux, très bruyants, qui se voient sur les nouveaux radars, voire grâce aux antennes relais des portables, alors qu’ils auraient en secret des engins  parfaitement silencieux et invisibles sur les radars, quand ils le désirent.
Toutes ces histoires ne sont que de simples rumeurs qui viennent de la peur de l’inconnu.
Récemment, l’armée de l’air anglaise a publié ses archives OVNIS…
En France, une structure attachée au Cnes a été créée en 1977,  elle s’appelle le GEIPAN. Le GEIPAN utilise le terme PAN, phénomène aérospatial non identifié. Un terme très global, pouvant inclure également OVNI, puisque parfois ce sont clairement des objets qui apparaissant sur les radars, et parfois juste des lumières n’apparaissant pas sur les radars…
OVNIS
Entre 1989 et 1990, des OVNIS ont survolé la Belgique…  Il y a eu des milliers de témoins, y compris au sein de l’armée belge, puisque ces OVNIS, ont été un soir visibles sur les radars, et aussitôt poursuivis par des aviateurs.. Même vingt ans après la thèse officielle reste toujours la thèse OVNI. Les performances de ces engins ont défrayé la chronique belge durant un an et demi, puisque ce phénomène a persisté… C’est   la vague d’OVNIS belge…
L’hypothèse que ce serait des F117, en raison de leur forme parfois triangulaire, avait été émise, mais  elle est incohérente, dans la mesure où les F117 possèdent des moteurs à réaction, et font un bruit très impressionnant lorsqu’ils sont à très basse altitude. Il n’y a jamais eu le bang du mur du son avec ces engins qui ont survolé la Belgique, car ces engins étaient parfaitement silencieux. Ils évoluaient parfois à la vitesse d’un marcheur, à très basse altitude, pour repartir aussitôt dans le ciel, à des vitesses défiant toutes nos connaissances.
Face aux invraisemblances des thèses alternatives,la thèse officielle, reste encore la thèse OVNI
La vague d’OVNIS belge reste donc toujours un phénomène OVNI prouvant qu’il ne s’agissait pas d’hallucinations collectives ou d’avions militaires.
Cette thèse officielle est toutefois, même encore maintenant, très souvent remise en question. Certains  sous entendent que c’était un phénomène purement médiatique, se référant à des auteurs comme Philip J. Klass, un « débunker ».
Les adeptes du débunkage, ont tendance à répudier, de  façon parfois très autoritaire, des phénomènes qui sont en fait des OVNIS et ou PANS.. Certains ont ainsi suggéré que les médias belges auraient grossi des événements qui s’expliqueraient de manière rationnelle, par des thèses de type f117, mais également le Loflyte, le black-hawk, ou autres (ballons,  lanternes, etc… etc…)
Un phénomène OVNI d’une telle ampleur, n’est pas spécifique à la Belgique. Il est aussi apparu en France, mais juste une nuit.
Des OVNIS ont en effet été vus, du nord au sud, d’est en ouest, dans le ciel de notre pays, à la même époque.. le 5 Novembre 1990…C’est la vague d’OVNIS Française du 5 Novembre 1990 qui a fait les gros titres…
Le nombre de témoins était impressionnant, décrivant tous le même phénomène. Un triangle avec des lumières, mais à très haute altitude. Contrairement à la Belgique, il n’y avait cependant rien sur les radars.
Un document amateur existe sur ces OVNIS(Patrick de Pin)qui ont parcouru le ciel de la France en 1990. On dirait comme une immense colonne de lumière, avec à sa tête une formation en triangle. Ce phénomène lumineux a été vu par énormément de français qui sont autant de témoins, y compris bien sur, celui qui a pu filmer ce phénomène
A l’époque, des hypothèses avaient été émises, notamment la chute de météorites,  mais également l’entrée atmosphérique du troisième étage d’une fusée Proton. Qu’un seul objet échappe aux radars,  peut éventuellement se comprendre, mais sur la vidéo, le phénomène comportait 5 objets, et selon les témoins, il a duré plus d’une minute.
C’est l’entrée atmosphérique du troisième étage d’une fusée Proton, qui a été officiellement privilégiée.
Deux jours plus tard, soit le 7 Novembre 1990, aux environs de 19 heures, à Montréal, des gens ont vu des lumières percer la couche nuageuse. Il n’existe pas de thèse alternative, ni même officielle. Mais les observations, et les  analyses des témoignages, n’envisagent pas d’autres possibilités que celle d’un OVNI ( radio) (reportage télé)(blog)
Norvège : Hessdalen
Depuis le début des années 1980, dans une région de Norvège, dans la vallée d’Hessdalen, des lumières ont été observées de façon régulière. Leur forme varie suivant les apparitions. Le phénomène est très discret, se situant dans un périmètre bien précis dans la vallée, autours du village d’Hessdalen.
Face à la répétition de ces événements, en 1983 l’embryon d’un projet d’étude est créé, et révélera 53 observations Les années passent, et le nombre de témoins est si important, les apparitions si fréquentes, que le projet prend réellement forme. C’est le projet Hessdalen
Un scientifique, Erling Strand, en est à la base et le supervise. Il dispose d’un centre qui permet l’observation, récoltant ainsi des données, à la fois visuelles, mais également sur les conditions atmosphériques. Lui et Bjorn Gitle, un autre scientifique norvégien participant au projet, travaillent également avec des scientifiques italiens, (EMBLA) qui ont pu filmer les lumières d’Hessdalen en 2001.
En 2007, une équipe de journalistes français de Canal plus, qui faisait un reportage sur les OVNIS a enquêté sur Hessdallen. Lors de ce reportage eux aussi ont pu filmer les lumières, une photo  du phénomène a également été prise par les norvégiens lorsqu’ils filmaient, la pause est de 30 secondes.
La chaîne américaine, National Geographic, a aussi fait un reportage sur un Hessdalen, un reportage sur le phénomène OVNI, Herling Strand, parlant d’objets évoluant à des vitesses de 30 000 kilomètres heures.
Ce qui se passe à Hessdalen est une réalité. Il n’existe aucun trucage ni aucune simulation. Jusqu’à ce jour, les lumières d’Hessdalen sont toujours considérées comme des Phénomènes Aérospatiaux Non identifiés.
Les séquences italiennes, filmées en 2001 par Jader Monari,  montrent des lumières qui s’allument et s’éteignent de manière cohérente.  Elles sont fixées sur de la matière solide.  L’une des séquences a été grossie, c’est encore plus flagrant, c’est bel et bien un OVNI.
USA 
Sur un plan visuel, ce qui se passe à Hessdalen, ressemble à ce qui s’est passé en Arizona le 13 Mars 1997, sauf que l’OVNI semble être bien plus grand.
Les lumières de Poenix ont défrayé la chronique lorsqu’elles sont apparues au dessus de la ville…
Des phénomènes semblables ont également été observés au Nouveau Mexique durant les années 1940-50, dans un périmètre bien précis, tout autour de la zone de l’armée américaine nommée zone 51, mais durant une période plus longue…
Il y eut un nombre très important de témoins, notamment d’aviateurs travaillant dans le civil, mais aussi au sein de l’armée américaine, décrivant soit des phénomènes purement lumineux, soit des engins avec des performances qui ne pouvaient pas s’expliquer dans le cadre d’une technologie humaine.
Se re-situer dans le contexte de l’époque, est important, pour une meilleure compréhension des événements survenus dans cette région voilà presque 70 ans :
Les Américains venaient de gagner la seconde guerre mondiale. C’était le début de la guerre froide. Ils testaient dans cette région du monde des avions comme le Y-B 49 (aile volante), qui était très souvent pris pour des UFO. Ils testaient également des V2 qu’ils avaient récupérés après la victoire contre l’Allemagne nazie, et qu’ils avaient entreposés dans cette zone, appelée zone 51.
Les V2 étaient les tous premiers missiles balistiques. Ils étaient souvent pris pour des UFO, par les habitants de la région.
Mais si dans 90% des cas, les phénomènes aériens du nouveau Mexique ont pu s’expliquer de façon rationnelle par l’armée américaine, dans la mesure où ces phénomènes venaient de leur propre armée, il y eut un nombre non négligeable, qui restèrent inexpliqués, comme c’est souvent le cas quand il s’agit du phénomène OVNI.
Les différents projets et autres rapports officiels qui ont tenté d’identifier ces phénomènes, permettent une lecture plus précise des dits événements :
Il y eut le projet Sign, le projet Grudge, le projet Twinkle,  le projet Blue Book, et le rapport Condon. A partir du moment où un gouvernement, dès 1946, fait appel à autant de personnels, y compris privé, pour tenter d’expliquer un phénomène, c’est que ledit phénomène est très pris au sérieux.
Les enquêteurs du projet Sign, authentifièrent le phénomène UFO en 1948, et conclurent à l’existence d’une vie extraterrestre. Ils rendirent leur rapport final à leurs supérieurs. Celui ci fut rejeté officiellement  par le général Hoyt S. Vandenberg, qui demanda à d’autres enquêteurs de rédiger un autre rapport. C’est le projet Grudge qui prit la relève. Une toute autre conclusion fut ainsi émise, stipulant que tous ces phénomènes aériens survenant dans cette région du Nouveau Mexique, étaient explicables de façon rationnelle, démentant de façon formelle le rapport final du projet Sign.
Il y eut aussi le projet Twinkle, qui était en fait une sous commission du projet Grudge, avec les fameuses « Green fireballs » … D’autres phénomènes aériens, mais nommés de façon différente en raison de leur forme et de leur luminosité.
Un scientifique travailla sur ce projet, un universitaire, un spécialiste en météorites : Lincoln Lapaz. Il étudia le phénomène et en déduisit qu’il ne pouvait s’agir de météorites… Ce n’est toutefois pas ce qui est inscrit dans le rapport final, où il est stipulé que ce sont des météorites..
Après le projet Grudge, naquit en 1952, le célèbre projet Blue Book, qui était en fait une commission chargée d’étudier le phénomène OVNI et les PANS de façon plus globale…
En 1955, l’un des membres de Blue Book, le capitaine Ruppelt, en démissionna et publia un livre, se nommant, « The Report on Unidentified Flying Objecs ». Cet ouvrage, non officiel, parlait d’engins avec des performances non explicables dans le cadre d’une technologie humaine.
L’équipe du projet Blue Book, fut remaniée, et l’armée publia un rapport, sous la forme d’un livre, celui ci officiel, affirmant que le phénomène OVNI et autres PANS, n’existaient pas, ou s’expliquaient avec des arguments dit : rationnels.
Toutefois, plusieurs scientifiques participant au projet Blue Book, dont un certain Josef Allen Hynek, ne furent pas du même avis,  et voulurent authentifier le phénomène UFO, ainsi que son origine extraterrestre…
Une autre commission d’enquête, travailla de 1966 à 1968, et publia un rapport. C’est le rapport Condon,  qui a conclu en ces termes : « L’étude des OVNIS durant ces vingt et une dernières années n’a rien apporté à la connaissance scientifique [et] que d’autres études approfondies des OVNIS ne peuvent probablement pas se justifier par l’espoir qu’elles pourraient faire progresser la science.»
Lors de sa sortie, ce rapport fut très critiqué. Il l’est encore de nos jours.(source 1 ) (source 2)
La commission Blue Book, sera quant à elle officiellement dissoute en 1969 et ses prérogatives définitivement supprimées en Janvier 1970…
On peut avoir des doutes sur le phénomène OVNI, mais tous ceux cités plus haut, sont réels. Car bien souvent les explications officielles ne tiennent pas la route. C’est particulièrement vrai pour ce qu’il s’est passé à Pheonix le 13 Mars 1997. C’est réellement un OVNI, l’explication officielle, étant des flairs, fusées éclairantes. Mais elle est incohérente. C’est invraisemblable.
Des flairs ne peuvent pas produire de tels effets lumineux. L’apparition de cet OVNI, en pleine nuit a d’ailleurs créé une vive polémique à la Mairie de Pheonix. Lorsque l’on observe bien les films amateurs de ce phénomène OVNI, sans même parler de tous les témoins, qui l’ont décrit, il est très grand.  Et, parler d’OVNI, est à mon sens un euphémisme, le terme de vaisseau spatial étant bien plus approprié.
C’est à mon avis, le premier contact extraterrestre officiel que nous ayons eu sur cette planète, vu la nature de l’apparition qui a duré plus de deux minutes. Toutefois, même encore maintenant, la version officielle, reste inchangée. Ce sont des fusées éclairantes. Et ce, pour tous les gouvernements de cette planète.
De nos jours, très peu d’astrophysicien remette en question, que la vie se soit développée sur d’autres planètes. En effet, supposons que nous soyons la seule planète dans l’univers abritant la vie, notre soleil n’étant pas immortel, lorsqu’il se transformera en Nova ou en super nova, il va engloutir la terre. Cela voudrait donc dire, que, le jour où il n’y aura plus de vie sur la terre, il n’y aura plus de vie dans l’univers.
Ce scénario d’une terre unique abritant la vie dans un univers aussi immense, est invraisemblable. Ce que certains astrophysiciens remettent en question de nos jours, puisqu’ils ne sont pas tous du même avis, est la possibilité de créer des moteurs nous propulsant à des vitesses dépassant celle de la lumière.
Et pourtant le phénomène OVNI est une réalité.
La particularité de ce phénomène, est que parfois il se voit sur les radars, et parfois non. Cette civilisation, ou ces civilisations extra terrestres contrôlent donc ce phénomène d’invisibilité sans aucun problème.
La spécificité de ces engins semblent d’être invisibles, à la fois à l’œil nu, mais également sur les radars, quand ils le désirent.
Actuellement, des scientifiques anglais et américains, font des essais sur l’invisibilité, avec les métamatériaux. Mais ces études sont embryonnaires. Toutefois, on constate que les métamatériaux, seraient invisibles sur les radars, si les recherches menées dans ce domaine aboutissent. Ils pourraient également rendre les avions invisibles à l’œil nu.
Les japonais ont eux aussi fait des recherches sur l’invisibilité à l’œil nu, mais pas seulement eux, bientôt une gigantesque tour va être construite en Corée, et elle sera invisible.Ils utilisent un autre système que les métamatériaux, des diodes, et des caméras
Si nos dirigeants ont autant de mal à officialiser la prise de contact extra terrestre qui a eu lieu à Phœnix, c’est à mon sens pour des raisons économiques.
La mise sur le marché de nouvelles technologies défiant toutes nos connaissances, je pense à de nouvelles énergies propres et inépuisables, pourraient s’avérer être une catastrophe pour le marché du pétrole, qui crée des millions d’emplois. Déjà, le numérique, appareils photo, etc… mais également internet, s’est faite, selon certains économistes bien trop rapidement, ne permettant pas, à tous les pays de s’adapter, créant ainsi du chômage.
S’il y a une prise de contact et des échanges avec ces civilisations, qui ont semble-t-il découvert des moteurs propulsés avec une énergie et une technologie inconnue sur terre, seules des économies de transition pourraient encaisser le choc à la fois culturel mais surtout économique.
Je pense également qu’ils ont réussi à créer des centrales atomiques utilisant l’énergie du soleil, mais également des centrales solaires qui convertissent la lumière d’un soleil à presque 100%.
Ils ont du aussi créer des piles quasi inusables, qui se rechargent très rapidement avec un rendement inégalée sur terre, bref, un arsenal de nouvelles technologies et autres sources d’énergie, qui pourrait révolutionner notre monde.
Pour récapituler, beaucoup de rumeurs, de fakes, de mensonges, circulent sur ce phénomène OVNI…
Il n’y a pourtant aucune crainte à avoir. Car si une civilisation aussi évoluée, qui vole à des vitesses défiant nos connaissances, nous avait vraiment voulu du mal, elle n’aurait pas attendu que nous ayons la bombe atomique pour nous coloniser, elle l’aurait fait quand nous avions des flèches et des arcs, c’est à dire il n’y a pas si longtemps que ça.
Le phénomène OVNI n’a rien d’effrayant, bien qu’il soit réel. Ce n’est pas une illusion, et encore moins les élucubrations d’individus un peu loufoques. Comme précédemment dit, parfois, les OVNIS peuvent se voir à l’œil nu, et être invisibles sur les radars. Parfois, ils sont visibles sur les radars et pas à l’œil nu. Les témoignages sont très souvent remis en question, parce qu’ils décrivent des phénomènes inexplicables dans le cadre d’une technologie humaine. Leurs accélérations et décélérations brutales mettent en effet en évidence une technologie inconnue sur terre. L’aspect silencieux de ces engins, et le problème lié au bang du mur du son, restent effectivement une énigme sur un plan technique, voire même scientifique.
Mais de façon générale, le phénomène OVNI n’est, à mon sens, pas de même nature que phénomène de spirales. Mais je comprends parfaitement que des gens voient en ces spirales des PANS ou des OVNIS, Toutefois, les OVNIS sont des objets faits de matière solide qui se voient parfois sur les radars, comme en Belgique… Ces spirales n’ont été vues sur aucun radar….
Personnellement, je ne crois pas en cette hypothèse, selon moi, c’est un phénomène divin.

***

Tout comme l’apparition du vaisseau spatial à Pheonix, en ce qui concerne ces spirales, les versions officielles, ne tiennent pas la route, mais restent inchangées. C’est une forme de censure, à la fois de ce contact extraterrestre qui s’est déroulé en Arizona le 13 Mars 1997, mais également de toutes les apparitions de ces spirales dans le ciel de notre terre depuis les années 1980.

Au final, selon moi, deux thèses s’affrontent, Phénomène extraterrestre ou phénomène divin ?

Lorsque l’on étudie le phénomène OVNI depuis les années 1940, il existe toujours quelque chose qui nous attache à une réalité tangible, à une très haute technologie, même dans le cadre des lumières d’Hessdalen. Il existe, à mon sens, dans ce phénomène de spirales, une dimension artistique, mais également surnaturelle, que l’on ne retrouve pas dans le phénomène OVNI. gros-plan-sur-le-phenomene_9552_w460.1260612425 Le phénomène OVNI nous fait bien souvent penser à « Rencontre du troisième type », pas à Dieu. Il nous raccroche toujours à une civilisation, à une réalité, somme toute, proche de la notre, même si elle est extraterrestre. Selon moi, c’est un phénomène divin, je le pense réellement. Sa synchronisation avec le soleil est quant à elle, magnifique, cette spirale est apparue dans une nuit noire, peu de temps avant l’aurore, et on la voit se noyer dans la rayons naissants du soleil. Ce phénomène australien est vraiment très beau. Et à mon sens il est divin. On dirait presque un phénomène naturel, comme une comète, mais comme il n’y a aucune queue, ce n’est pas une comète, d’autant plus que la forme spiralé du phénomène, ne laisse aucun doute. Les comètes ne forme pas de spirale.

***

Quant à cette civilisation extraterrestre qui nous a contacté en Arizona en 1997, mais également en France en 1990, elle n’a, à mon avis, jamais eu l’intention de se faire passer pour Dieu, c’est même tout le contraire, dans la mesure où ce phénomène peut s’expliquer de façon scientifique, contrairement à ces spirales qui certes, pourraient faire penser à des hologrammes, mais qui ne le sont pas. Ces spirales nous rapprochent également des galaxies, en raison de la forme spiralée, ce qui nous renvoie systématiquement à l’univers, à l’aube de la vie, à la création, et bien évidemment à Dieu L’apparition de la spirale de Norvège ne laisse par ailleurs aucun doute. Elle est survenue en pleine crise de Copenhague, où il était question d’une taxe carbone à une échelle planétaire, un impôt particulièrement injuste, mais également de la remise d’un prix Nobel de la paix, sur une planète qui n’a jamais été réellement en paix.

 

Thierry Felter

Ce texte est régulièrement mis à jour

Citez vos sources…

contact : spiralesdansleciel@gmail.com